Christophe Boudot
© Tim Douet

"Subventionner la maison d'Izieu aboutit à une sorte de repentance"

Christophe Boudot, l'élu FN au conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes a déclaré ne pas vouloir subventionner les établissements comme la maison d'Izieu "car ça aboutit souvent à une sorte de repentance".

Invité de l'émission "Face à Face", diffusée ce vendredi 7 octobre à 18h sur TLM, Christophe Boudot, le chef de file du FN au conseil Régional et élu du 8e arrondissement critique la subvention versée à la maison d'Izieu. "Nous avons toujours voté contre ce genre de subvention, car ça aboutit souvent à une sorte de repentance, toujours la même. Je ne suis pas opposé à subventionner la question mémorielle. Il en faut. Mais la maison d'Izieu, c'est trop politisé et un peu ''too much''. On s'en est servi pour faire acte de repentance", déclare l'élu FN qui concède ne "jamais" s'y être rendu.

Il convient de rappeler que le le 6 juin 1944, la Gestapo nazi, avec Klaus Barbie à sa tête, a fait arrêté 44 enfant d’Izieu et 7 adultes, pour les envoyer dans les camps de la mort à Auschwitz et Tallinn.

"Je crois que Laurent Wauquiez n'aura d'autre choix que de rejoindre le FN s'il est sincère dans sa démarche"

Dans la même émission, Christophe Boudot s’est aussi dit plutôt en accord avec la politique menée par Laurent Wauquiez à la région : "Ayant repris une grande partie de notre projet, nous avions dit que nous voterions les rapports qui iraient dans le bon sens. Il avance nos propositions, les fait connaître plus que nous l'aurions fait dans la campagne, mais personne n'est dupe. Son job, c'est de rabattre les voix du FN pour le compte des Républicains. Mais que va faire Wauquiez si Sarkozy échoue à la primaire ? Il va se ranger derrière Juppé ? Je crois qu'il n'aura d'autre choix que de rejoindre le FN s'il est sincère dans sa démarche." Une déclaration qui devrait ravir le président du conseil régional d'Auvergne Rhône-Alpes.

Lire aussi : baisse de subvention : "menacée" la Maison d'Izieu fait appel aux dons
à lire également
La campagne pour l'élection métropolitaine de 2020 pourrait bien monter d'un cran ces prochains jours à Lyon. L'actuel président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld devrait lancer sa campagne le 16 octobre, "quoi qu'il arrive". 
d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut