hôtel de ville place de la Comédie
© Eliot Lucas

Standard & Poor’s confirme la note “AA” de la ville de Lyon

La note AA de la ville de Lyon a été confirmée par l'agence de notation Standard & Poor’s qui ne pense pas que la suppression future de la taxe d'habitation ne vienne restreindre la flexibilité budgétaire de la ville.

Dans un communiqué, la ville de Lyon s'est félicitée du rapport de l’agence de notation Standard and Poor’s qui a confirmé, ce vendredi 12 octobre 2018, la note de référence à long terme “AA” et à court terme “A-1+” de la Ville de Lyon, associée à une perspective stable. Une perspective similaire à celle de la France, une collectivité ne pouvant (sauf exception) avoir une note supérieure à celle de l'État auquel elle appartient. “Si nous abaissions nos notations sur la France ou révisions nos perspectives en négatives, nous prendrait une action similaire sur Lyon”, prévient d'ailleurs Standard & Poor’s qui assure aussi qu'en cas d'amélioration de la note de la France, une action similaire serait faite sur la note de la France “à condition que la ville continue à se comporter dans le respect des notre cas de base”.

Dans son rapport l'agence de notation a estimé que “la gestion financière de Lyon est efficace et démontre l’excellent contrôle du budget”. S&P écrit par ailleurs que la ville “va probablement stabiliser son fardeau de la dette à des niveaux très modérés, ce qui nous amène à constater une amélioration de la solvabilité autonome de la ville”.

Quel impact pour la suppression de la taxe d’habitation ?

Georges Képénékian, le maire de Lyon s'est félicité du maintien de la note “AA” à long terme, et du relèvement de la qualité intrinsèque à AA+. “Ce relèvement traduit, comme le souligne l’agence, une gouvernance et une gestion financière proactives et très fortes, ainsi qu’une forte capacité, dans un environnement économique riche et dynamique, à stabiliser l’endettement municipal sur un niveau très modéré”, a-t-il déclaré.

Concernant la contractualisation engagée avec l'État, qui va limiter les dépenses d’exploitation pour Lyon à 1,15 %, Standard & Poor's indique que “cet élément institutionnel va être un élément supplémentaire contribuant à renforcer les efforts visant à maintenir un contrôle budgétaire strict et à stabiliser le fardeau de la dette, qui fait déjà partie de la stratégie budgétaire de la ville”.

PIB par habitant supérieur à 46 100 €

Enfin à propos de la suppression de la taxe d'habitation par le gouvernement d'ici 2020, l'agence de notation estime qu'elle ne devrait pas engendrer “de restriction importante de la flexibilité budgétaire de Lyon”. L'impact serait “mineur” puisque cette suppression serait “partiellement compensée pour la taxe du conseil par un nouveau par un nouveau partage d'impôt”. En effet, la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) perçues par les départements pourrait être transférée aux communes ou intercommunalités. Lyon est la troisième plus grande ville de France avec une population légèrement supérieure à 500 000 habitants et continue d’attirer de nouveaux ménages, ce qui profite à son assiette fiscale. L'agence estime le PIB local par habitant supérieur à 46 100 € en 2018.

à lire également
Peu de changement dans les délégations des adjoints à la mairie de Lyon. Le retour de Gérard Collomb a obligé Georges Képénékian à reprendre son poste d’adjoint sans grandement modifier la composition du conseil municipal. L’ancien maire de Lyon n’a pas repris sa délégation à la culture et sera chargé “des  grands projets et équipements, de la gastronomie et de la prospective et l’innovation”.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut