sondage primaire

Sondage primaire : Hollande toujours devant Aubry… mais ça se resserre

Selon le dernier sondage Opinionway-Fiducial, pour LCI et le Figaro, François Hollande emporterait le deuxième tour de la primaire avec 54 % des votants. Mais l'écart avec Martine Aubry s'est resserré de moitié.

54 % pour François Hollande, 46 % pour Martine Aubry. On attendait l'impact sur les sondages du premier tour de la primaire socialiste, selon le baromètre Opinionway - Fiducial pour LCI - Le Figaro, l'écart entre les deux concurrents socialistes s'est fortement resserré. Pour mémoire, il était de 58-42 dans le dernier sondage réalisé par ce même baromètre avant le premier tour. Et comme pour démontrer que le scrutin est devenu très indécis, l'écart entre les candidats est de 8 points, soit à peine plus que l'écart que Martine Aubry a remonté au premier tour entre le dernier sondage de ce baromètre et le résultat final de la primaire : créditée avant le premier tour de 28 %, elle a obtenu trois points de plus avec 30,6 % des votants, alors que François Hollande, annoncé à 43 %, en a obtenu quatre de moins, soit 38,9 %.

L'issue du scrutin résidera peut-être dans le choix d'Arnaud Montebourg. Pour l'instant, en l'absence de consigne de vote du 3e homme, ses électeurs se répartissent équitablement entre les deux finalistes : 45 % annoncent qu'ils voteront Hollande et 48 % Aubry. Changeront-ils d'attitude si Montebourg venait à exprimer clairement un choix ? C'est une des clés du second tour. Les électeurs de Ségolène Royal et de Manuel Valls ont par contre eux fait leur choix : à 64 %, les "royalistes" voteront Aubry. Et à 65 % les "Vallsistes" voteront Hollande.

Autre clé du scrutin : la participation s'annonce en hausse. Alors que 23 % des sympathisants de gauche avaient annoncé qu'ils viendraient voter au premier tour, ils sont 29 % à répondre favorablement à la question pour le second tour. Une légère majorité de ces nouveaux électeurs pencheraient pour Martine Aubry.

à lire également
Jean-Jack Queyranne conseil régional 4.01.16 Tim
Entretien. Resté fidèle au PS et fâché avec Gérard Collomb depuis les dernières élections régionales, l'ancien ministre de l'Intérieur et président de la région Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne souhaite que la gauche se rassemble pour proposer une alternative à Lyon. Il décrit Gérard Collomb comme "le ministre des bourdes", qui "a toujours joué perso" et qui […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut