Sarkozy
© PHILIPPE HUGUEN / AFP

Sarkozy, pas un mot sur les affaires en Touraine

Mercredi soir, l’ancien chef de l’État a tenu son 5e meeting depuis qu’il est revenu à la vie politique, en Touraine. Pour la première fois, il n’a pas dit un mot sur les affaires judiciaires le concernant.

Nicolas Sarkozy poursuit ses réunions publiques. Le candidat à la présidence de l'UMP a évoqué mercredi soir en Indre-et-Loire (Touraine), devant 2 500 personnes, ses propositions pour la France. S’exprimant devant Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l'Essonne et porte-parole de sa campagne en 2012, ainsi que devant Phillippe Briand, député du département et ancien trésorier de cette même campagne, il a avancé l'idée d'organiser après la prochaine élection présidentielle trois référendums. Un sur la fusion des conseils généraux et régionaux, un autre sur la diminution du nombre de parlementaires et enfin un vote sur une activité obligatoire en échange de prestations sociales.

Pas un mot sur les affaires

L’ancien président n’a en revanche pas dit un mot sur les 8 affaires judiciaires le concernant, pour la première fois. Pas un mot non plus sur le départ de Jérôme Lavrilleux de l’UMP, pourtant annoncé dans la journée. L’ancien bras droit de Jean-François Copé, mis en cause dans l’affaire Bygmalion et touché par une procédure d’expulsion du parti, a pris les devants mercredi : l'eurodéputé a annoncé lui-même son départ de l’UMP.

à lire également
Emmanuel Macron, à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet
Présentée comme la petite sœur de la loi sur le secret des affaires, celle sur les fake news est vécue par les médias comme une entrave supplémentaire à la liberté de la presse. La promesse du Gouvernement de les exclure du périmètre d’une loi focalisée sur les plateformes en ligne peine à convaincre.
Faire défiler vers le haut