Berra
©tim Douet

“Sarkozy a maintenu des liens avec les dirigeants du monde”

L’ancienne secrétaire d’État en charge de la santé Nora Berra est forcément heureuse du retour en politique de Nicolas Sarkozy, elle qui le soutient de longue date. Devant les réserves que certains émettent, elle estime que “son crédit se renforcera encore davantage avec les propositions qu’il fera”.

Il y a ceux qui s'interrogeaient sur un éventuel retour de Nicolas Sarkozy, et il y a les autres. Ceux qui y ont toujours cru. Parmi eux, Nora Berra, l'ancienne scrétaire d'Etat en charge de la santé, dans le gouvernement Fillon. Il y a quelques semaines de cela, elle lançait l'association "Les jeunes avec Nicolas Sarkozy". Alors, forcément, après l'intervention télévisée de son champion, l'ancienne eurodéputée est heureuse.

"Nicolas Sarkozy revient avec un recul de deux ans, mais une énergie intacte. Il a une vision de ce que devrait être une politique moderne, qui change de ce qu'on connaît de l'organisation traditionnelle des partis. Il va maintenant construire une nouvelle offre politique qui incarne véritablement les valeurs de la droite et du centre", décrypte l'ancienne ministre, qui juge que "pendant sa période de recul, Nicolas Sarkozy est resté un Français parmi les Français, à l'écoute, mais il a également maintenu des liens étroits avec les dirigeants du monde entier".

“Changer le logiciel politique”

Nicolas Sarkozy était-il vraiment obligé de revenir, comme il l'a affirmé ? "Notre formation politique n'a pas pu répondre efficacement aux attentes des Français et n'a pas réussi à construire une réelle opposition. Notre pays décline de mois en mois, et l'UMP est incapable de se faire entendre. Ce n'est pas étonnant que, face à ce spectacle de désolation, en homme de responsabilité qu'il est, il ait senti le devoir de revenir. Il a fait acte de candidature pour changer le logiciel politique", décrypte Nora Berra.

Pourtant, l'annonce du retour de Nicolas Sarkozy ne fait pas spécialement frémir les Français. Pis, selon un sondage Odoxa pour Le Parisien-Aujourd'hui en France, 55 % des Français ayant entendu parler de l’interview de Nicolas Sarkozy ne l’ont pas trouvé convaincant. Rien d'inquiétant à cela pour Nora Berra, qui souligne qu'"on n'est pas encore dans les propositions. La deuxième étape, ce sera l'élaboration d'un projet. Son crédit se renforcera encore davantage avec les propositions qu'il fera. Les gens savent qu'il n'a rien perdu de sa capacité à agir".

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut