Publicité éphémère au sol devant le métro Garibaldi © Plein la vue

Publicité au sol à Lyon : Képénékian veut “régler ça”

Questionné sur l'apparition de ces “clean tags” sur les trottoirs lyonnais, le maire de Lyon a déclaré qu'il allait “régler ça par la dissuasion plutôt que par la force”.

Alors que la ville de Lyon et la métropole avaient conjointement demandé au gouvernement de suspendre l’expérimentation des publicités au sol dans la ville de Lyon comme ce fut le cas à Bordeaux et Nantes, aucun arrêté ministériel n'a encore été pris dans ce sens. Depuis l'arrivée des beaux jours, les “clean tags” ont réapparu sur les trottoirs lyonnais. Ce lundi, durant le conseil municipal, le groupe Lyon citoyenne et solidaire (qui n'est plus vraiment un groupe suite au départ d'Arthur Remy) a demandé à George Képénékian de stopper officiellement l'expérimentation de ces publicités.

Le maire de Lyon a confirmé que demande avait été faite d'interdire provisoirement ces tags le temps des négociations du règlement local de publicité (RLP) de la métropole qui sera connu en 2019. Selon M.Képénékian il y avait eu “gentlemen's agreement” avec les entreprises qui proposaient ce type de publicité pour qu'il n'y en ait plus à Lyon. “Force est de constater que cela n'a pas été respecté”, a poursuivi le maire de Lyon. “Un certain nombre d'entreprises ont considéré qu'il y avait une zone grise. Nous allons donc régler ça avec les entreprises en utilisant la dissuasion plutôt que la force”, a conclu George Képénékian. De son côté, faute d'arrêté ministériel, l'entreprise considère être toujours dans son droit le décret étant encore en application. Du côté de la métropole, on assure malgré tout “que les entreprises qui font ces marquages peuvent actuellement être sanctionnées”.

à lire également
Michel Delpuech
Alors qu'il avait affirmé ne pas connaître personnellement Alexandre Benalla et que les membres du couple arrêté le 1er mai place de la Contrescarpe n’avaient pas leurs papiers d’identité sur eux et qu’ils avaient fourni de “fausses identités”, deux nouvelles révélations viennent contredire l’ancien préfet du Rhône. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut