PARTI DE CENTRE-GAUCHE CHERCHE CANDIDAT DE DROITE

"Elle était ingérable, ça fait des mois qu'il fait tout pour s'en débarrasser" confie un élu. Mais, tout bien réfléchi, ça n'arrange pas ses affaires... C'est toujours après coup qu'on s'en rend compte. Car Mercier peut aujourd'hui se sentir un peu seul. Certes, les candidats à la candidature ne manquent pas, pour reprendre le flambeau : Azouz Begag, Anne-Sophie Condemine, Marc Augoyard, Gilles Vesco... Sauf qu'aucun ne répond vraiment à ses besoins : ils penchent tous trop à gauche ! Begag veut faire de Lyon la ville "anti-Sarkozy", Condemine drague les "bobos"... Quand à Vesco, il est inféodé à Collomb au point d'être allé lui demander l'autorisation avant de se présenter. Pour Mercier, ça ne va pas du tout ! Il a besoin d'un candidat docile, qui reste ambigu jusqu'au bout, et qui - au final - accepte de s'allier à droite avec Dominique Perben, si la situation politique l'exige. Car depuis quelques semaines, Michel Mercier - très discret dans les médias - a sensiblement "recentré" à droite sa stratégie. Le Monde le dit ministrable dés janvier prochain. Et surtout, il a besoin de l'UMP pour conserver son précieux Conseil Général, le dernier bastion centriste dans la région.

Alors, qui présenter ? Une chose est sûre, il ne laissera pas les militants voter. Gérard Collomb l'avait très bien analysé (Lyon Capitale du 28/08) : "Depuis la campagne de Bayrou, il y a des adhérents au Modem, qui sont plutôt jeunes et de centre-gauche. Perben, ce n'est pas leur trip..." En gros, Mercier pourrait passer une petite annonce : cherche candidat de droite pour un parti de centre-gauche. Car de ce point de vue, le Modem est en rupture de stock. Il y a bien "les anciens" Bernadette Bertrix, ou Jean-Loup Fleuret... Mais électoralement, ce ne sont pas des tueurs ! Il ne reste plus qu'à faire venir quelqu'un de l'extérieur. Au moment du choix, Mercier pourrait sortir un nouveau nom de son chapeau. On parle d'Yves Hartemann, maire de Grézieu-la-Varenne (lire ci-contre). À suivre.

Yves Hartemann, la botte secrète ?
Et si finalement le candidat du Modem à Lyon était l'actuel maire de Grézieu-la-Varenne. L'intéressé ne dément pas : "C'est un peu prématuré. Ce n'est pas impossible, mais je n'ai encore pas déclaré ma candidature." Il confirme en tout cas qu'il souhaite "tourner une page" à Grézieu. "J'ai fait deux mandats à Grézieu, c'est bien de laisser la place et partir sur autre chose. Ça peut être ma vie professionnelle, je suis avocat. Ou la politique à Lyon, où j'ai ma vie professionnelle et sociale". Bien qu'inconnu, Hartemann est un quadra (44 ans) d'un certain qualibre. "Il a le niveau d'un Havard ou d'un Broliquier" confie un élu lyonnais. "Beau gosse", il impressionne par le nombre de militants "groupies" qu'il a à Grézieu : "Oui, mais ils ne votent pas à Lyon" rigole-t-il. Sa décision devrait être connue dans les prochains jours.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut