Nathalie Perrin-Gilbert préfecture 2e tour législatives 2017
© Tim Douet

Objectif "élections municipales de 2020" pour Nathalie Perrin-Gilbert

Dans la deuxième circonscription, la candidate Gram s'est inclinée face à la victoire du candidat LREM, Hubert Julien-Laferrière. Une défaite "de justesse" selon la candidate.

Nathalie Perrin-Gilbert a perdu face au candidat En Marche dans la 2e circonscription, mais après avoir remercié ses équipes et ses soutiens, elle affirme retenir que sa défaite est tout de même empreinte d'une certaine victoire : "Je suis contente parce que par rapport au 18 % du premier tour, j’ai réussi à me hisser jusqu'à 47 % dans la circonscription et à être en tête dans le premier arrondissement (60 %) et à être à égalité avec le candidat Macron dans le 4e arrondissement, je trouve que c'est une belle performance." "Nous avons expliqué pourquoi il fallait encore croire en les politiques, comment on peut agir ensemble. Tous ces habitants que nous avons rencontrés sur la circonscription, nous n'allons pas les laisser tomber ce soir. Ça veut dire que dès demain nous allons continuer le travail amorcé dans cette campagne." Une campagne qui n'aboutit pas au statut de député, mais qui pourrait permettre à Nathalie Perrin-Gilbert de réaliser un très bon score pour les élections municipales de 2020. "Les scores sont encourageants, et c'est bien vers cette dynamique-là que nous nous dirigeons. Souvent on m'a enfermée dans le premier arrondissement, mais j'ai montré ce soir que j'étais capable d'en déborder largement, donc on va continuer à porter cette voix à l'échelle de la vie, et la faire progresser encore", affirme-t-elle avant de poursuivre : "Nous avons perdu aujourd'hui, mais de justesse. […] Ce qui est important ce sont les graines que nous semons, et si ce n'est pas nous qui les voyons pousser, ce sont les générations à venir. Ce qui est important ce sont les chemins, et ce que nous bâtissons au fur et à mesure."

 

à lire également
Conseil régional 4.01.16
Le dossier d’Erai sera de retour devant la chambre des procédures collectives du tribunal de grande instance le 26 juin prochain. Le liquidateur de la structure régionale d’aide à l’international pour les entreprises rhônalpines demande la condamnation de la région et de l’ancien président d’Erai, et réclame dix millions d’euros. On le pensait classé et relégué aux archives. Le dossier […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut