Nos élus peuvent-ils se passer de leur portable ? 

Dimanche 6 février, c'était la 11e édition de la journée mondiale sans portable. Nous avons interrogé les élus du Grand-Lyon. Ont-ils répondu à l'appel ? "Ca me ferait du bien", soupire Thierry Philip (PS). Quant à Fabienne Lévy (parti radical), elle avoue être complètement "addict" de son portable.

Dimanche 6 février, c'était la 11e édition de la journée mondiale sans portable. Un rendez-vous lancé par un écrivain, Phil Marso. Pourquoi le 6 février ? Parce que c'est la Saint-Gaston. Un clin d'oeil à la chanson de Nino Ferrer : "Gaston y'a l'téléfon qui son, Et y'a jamais person qui y répond". Parmi les questions qu'il pose : Est-ce qu’il y a plus de pression sociale dans le monde du travail depuis l’avènement du portable ? Le portable ne favorise-t-il pas l'anxiété chez son utilisateur, voire l’insécurité ? Faut-il instaurer une charte de bonne conduite dans les lieux publics ?

Nous avons interrogé les élus du Grand Lyon. Seraient-ils prêts à se passer de leur portable une journée ? "Oui si c'est un dimanche", plaisante David Kimelfeld (PS). "Ca me ferait du bien", soupire Thierry Philip (PS). Bruno Charles (Europe Ecologie) conseille de tenir son mobile à l'écart des vacances car il constitue "une continuité entre temps personnel et temps professionnel". Quant à Fabienne Lévy (parti radical), elle avoue être complètement "addict" de son portable.

à lire également
Collomb et Mercier
Dans une tribune, Martin Vanier et Daniel Béhar, de l’École d’urbanisme de Paris, ont critiqué la création de la métropole de Lyon et les conséquences que celle-ci entraînera.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut