Nora Berra, les courses hippiques, c'est son dada

L'eurodéputée se félicite que la Commission européenne ait mis un terme à une procédure qui visait les taxes sur les paris hippiques en ligne.

A défaut de course à la mairie, c'est finalement de course hippique que Nora Berra s'est piquée. L'eurodéputée casaque UMP se félicite aujourd'hui que la Commission européenne ait mis un terme à la procédure d'infraction ouverte contre la France depuis plus de deux ans. La Commission contestait le principe d'une taxe sur les paris hippiques affectée à la filière équine, qui pouvait s'apparenter à une aide d'Etat. "C'est une bonne nouvelle pour le sport et pour toute la filière équine française, qui était menacée si cette taxe devait être supprimée",affirme l'ancienne secrétaire d'Etat à la Santé, qui souligne que le secteur représente "des enjeux économiques et territoriaux sont considérables".

"Les courses hippiques ont disparu dans de nombreux pays européens, en raison de l'ouverture des marchés à de nouvelles formes de paris qui n'assuraient plus leur financement. Cette taxe, comme la Commission le souligne elle-même, en mettant tous les opérateurs de paris à contribution, garantit un financement pérenne à toute la filière : l'élevage, l'entraînement ou l'organisation des courses. Elle nous permet ainsi de préserver une vraie richesse du patrimoine français." En France, la filière des courses hippiques représente 74 000 emplois.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut