Lyonnaiseries

Ce dernier n'a pas apprécié.

Petit incident de salle à la conférence de presse de Dominique Perben, jeudi matin au Ninkasi, lors de la présentation des têtes de liste. Voyant qu'un tiers d'entre elles avaient été réservées à des millonistes, les journalistes ont naturellement posé des questions sur l'affaire de 1998 et l'alliance Millon-FN. Cela a eu le don d'énerver Perben et l'assistance. Le journaliste de Lyon Capitale s'est même fait un peu siffler par la salle quand il a demandé au milloniste Denis Broliquier s'il "regrettait" ce qui s'était passé en 1998. Perben ne l'a pas laissé répondre, et a pris le micro : "Je crois que de mon côté tout est clair. En 1992, j'ai perdu la Région Bourgogne à cause d'un accord passé par le PS avec le FN. C'est un ancien ministre de Mitterrand (Soisson, ndlr) qui a été élu. Maintenant, quand je croise ce monsieur, j'évite de lui dire bonjour... Il est passé à l'UMP depuis."

Après la conférence de presse, Denis Broliquier est revenu sur cet "incident" : "Pour vous répondre, je ne regrette rien du tout, je n'étais pas dans le coup en 1998. Je n'étais pas élu à la Région." Et d'ajouter : "Je n'ai pas trouvé très élégant le fait que Dominique Perben n'ait pas répondu à la question. Quand on fait une conférence de presse, c'est pour répondre aux questions des journalistes". Il ajoute, calmant le jeu : "Je comprends qu'il n'ait pas envie de parler de ça. Entre nous, ça n'a jamais été un problème. Dans toutes nos discussions, y compris avec Fabienne Lévy, on n'en a jamais parlé. Une page a été tournée. Si cela avait été un sujet fondamental, on ne se retrouverait pas sur la même liste. Chacun a fait une partie du chemin pour se retrouver sur un programme avant tout local."

Broliquier ne répond cependant pas vraiment à la question non plus : "Je n'entre pas dans ce débat qui n'intéresse plus que les journalistes. Depuis 10 jours (signature de l'alliance millonistes-Perben), je rencontre 200 personnes par jour. On ne m'a pas posé une seule fois cette question... Personne ne m'a demandé : "Ça ne vous fait rien d'être avec Fabienne Lévy, après ce qu'elle vous a fait à la Région ?" L'union clôt définitivement les désaccords nés au moment des élections régionales." C'est en tout cas le message que Broliquier et Perben aimeraient bien faire passer.

à lire également
La banlieue cossue de Lyon est, elle aussi, impactée par les effets indésirables du dynamisme de la métropole de Lyon. Les problématiques sont nombreuses à quelques mois des municipales et aussi métropolitaines, où plusieurs figures vont sans doute viser la circonscription métropolitaine.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut