Anne Brugnera
@Tim Douet

Lyon : pub pour un SUV, la députée s'explique

Anne Brugnera, assure ne pas avoir été rémunérée et plaide une forme de négligence après avoir participé à un article vantant les mérites d'un SUV. 

Comme nous l'écrivions ce jeudi matin (lire ici), Anne Brugnera, députée LREM de Lyon, a participé à un article du magazine Nouveau Lyon vantant les mérites de la Volvo XC40. Une publication à la frontière du publi-reportage* où la présence d’une élue pose question.     

Jointe par téléphone, Anne Brugnera a assuré qu'il ne s'agissait pas d'une publicité “mais d'un essai de voiture”. “Le journaliste m'a contacté pour participer à cet essai. Je l’ai fait en tant que citoyenne, mais aussi parce que je trouvais ça intéressant qu’il demande son avis à une femme, qui en plus n'est pas vraiment branchée voiture”, explique l'élue lyonnaise. 

Cette dernière assure “ne pas avoir été rémunérée” pour participer à l'article. Quant au véhicule en question, elle dit “n'avoir eu connaissance du type de véhicule que le jour même”. “Je savais seulement que c'était Volvo parce que le logo de cette marque m'interpelle puisqu'il s'agit du symbole masculin. Quand j’ai vu la taille de la voiture au moment de l’interview j’ai eu un moment de doute. Mais je l’ai tout de même fait parce que j’avais donné mon accord. Peut-être que j'aurais dû refuser.

L'article en question a fait bondir les élus EELV du Rhône qui ont dénoncé la “promotion” faite par la députée “de SUV polluants”. “Quand tu comprends pourquoi l’amendement d’interdiction de la publicité pour les SUV de Mathieu Orphelin et Delphine Batho n’avait aucune chance...”, a déclaré, Thomas Dossus, secrétaire d’EELV Rhône. “Qu'il y ait des tweets d'écologistes, c'est de bonne guerre. Ils portent leur parole notamment sur la réduction de la voiture en ville. Un sujet que je porte aussi depuis longtemps”, a répondu Anne Brugnera. “Je demande juste qu'on ne me réduise pas à une photo”, a-t-elle conclu. Sur ce plan-là, ça semble raté. 

*Fabien Fournier, journaliste et fondateur de Nouveau Lyon a assuré qu’il ne s‘agissait pas d’un publi-reportage.

à lire également
Georges Képénékian, au meeting d’entrée en campagne de David Kimelfeld, le 16 octobre 2019 à Lyon © Antoine Merlet
Alors que leur parti soutient officiellement Gérard Collomb, Anne Brugnera, Hubert Julien-Laferrière, Thomas Rudigoz et Jean-Louis Touraine, les quatre députés LREM de Lyon ont officiellement annoncé leur soutien à Georges Képénékian, proche de David Kimelfeld, pour les élections municipales de 2020.
6 commentaires
  1. mb - 24 octobre 2019

    Nous n'avons pas besoin d'élus naïfs

    1. Abolition_de_la_monnaie - 24 octobre 2019

      On ne peut pas avoir d'élus naïfs si les électeurs ne le sont pas.
      Mais comme l'éducation et la culture sont bien moins puissants que les centaines de milliards dépensés dans la publicité... l'humanité n'a aucune chance de survie si elle n'abandonne pas l'utilité de la publicité (publicité issue de l'usage du fric).

    2. vieux caladois - 24 octobre 2019

      ou alors elle nous prend pour des naïfs…(pour être poli) ...et ses électeurs : naïfs aussi ?

  2. Galapiat - 24 octobre 2019

    Un reportage d’Élise Lucet sur les lobbies du tabac entre autres est édifiant, Le plus gênant ce sont les mêmes qui s’entourent de dizaines d'assistants, (submergés de boulot), qu'ils ou elles commencent par s'occuper du travail pour lequel ils ont été élus et sont payés par la Nation, pas pour faire l'article sur un véhicule CHINOIS, La Suède " Yellow submarine" qui refuse toujours l'euro bien qu'elle s'y soit engagé à Maastricht en 1992.
    Une élue de la République ne peut ignorer cette situation.

  3. val - 24 octobre 2019

    euh ... la transition écologique c'est pas gagné ...

  4. Els Uego - 25 octobre 2019

    N'importe quoi; le problème ce n'est pas la taille ou le modèle de la voiture, mais le fait pour un élu d'accepter ce genre de procédé médiatique douteux.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut