L’hôtel de ville de Lyon, place de la Comédie © Eliot Lucas
© Eliot Lucas

Lyon : l’achat de places et loges aux clubs pros pointé du doigt

En 2018/2019, la ville de Lyon a achèté plus de 4800 places, abonnements et loges aux clubs sportifs locaux : Asvel féminin, Lyon Hockey Club, LOU Rugby, Asul volley-ball et Olympique lyonnais. Dans son rapport, la chambre régional des comptes a demandé à la municipalité de faire la publicité sur l'octroi de ces billets. Notamment pour le cabinet du maire où aucun suivi n'est exercé. 

La chambre régionale des comptes (CRC) a consacré un chapitre de son rapport aux relations financières de la ville de Lyon avec les clubs sportifs du territoire. En plus de sa critique des subventions du LOU Rugby, les magistrats ont étudié l'achat de places, loges et abonnements par la municipalité. Entre 2014 et 2018, la ville a dépensé 2 597 912 euros pour ces prestations. “Dans les pièces de marché, ces besoins sont justifiés par le souhait de la ville de faire participer les jeunes lyonnais aux compétitions des clubs professionnels, dans le but de faciliter l'accès au spectacle sportif”, note la CRC qui explique que la ville a respecté “les plafonds fixés par le code du sport”. 

Cependant la chambre critique l'opacité sur le suivi de la distribution des places. “Le taux de retour des états nominatifs de la part des organismes tiers bénéficiaires à la direction des sports est très faible”, écrit-t-elle. 10 à 15 % en moyenne selon la CRC qui assure par ailleurs que la publicité s'est améliorée en 2018 concernant l'OL avec un taux de retour de 37 %. Concernant le cabinet du maire, ces chiffres n’existent pas. La CRC déplore que “les places distribuées ne fassent l'objet d'aucun suivi”. En tout, près de 29 % des places et loges achetées par la ville de Lyon ont été attribuées au cabinet du maire selon les chiffres de la CRC (voir tableau ci-dessous) .

Réapartition des places et abonnements achetés par la ville de Lyon © Lyon Capitale

Cette dernière a ainsi rappelé à la collectivité “d'assurer un strict respect d'un intérêt général défini par le conseil municipal dans le cadre de l'achat de ces prestations”. Et de conclure que “l'attribution d'avantages par la collectivité à certains de ses agents ou à certaines personnes choisies de manière discrétionnaire par le cabinet ne relève pas nécessairement de l'intérêt général”. 

Des critiques relevées par l'opposition lors du conseil municipal. “Ce rapport confirme l’existence d’un clientélisme organisé par l’intermédiaire de votre cabinet qui distribue des invitations aux matches de l’OL ou du LOU-Rugby sans rendre compte de qui sont les bénéficiaires de cette distribution”, a taclé Nathalie Perrin-Gilbert. “Les supporters des deux clubs doivent bien avoir en tête que quand ils se rendent au stade pour soutenir comme il se doit l’équipe de leur ville, l’équipe dont ils sont fiers, ils paient en réalité deux fois. En tant que supporters, ils paient leur place, mais en tant que contribuables ils ont déjà payé une première fois, par l’impôt, l’achat de places par la ville”, a ajouté la maire du 1er arrondissement. 

Je suis heureux que ces clubs donnent une belle image de Lyon. Après, savoir à qui sont distribuées les places, on peut les donner, mais je ne crois pas que ce soit le sujet”, a répondu Gérard Collomb. 

Subvention du LOU  : comment la ville de Lyon a joué “contre ses intérêts”

à lire également
La Fédération des Républicains du Rhône et de la Métropole de Lyon demandent l’exclusion de 7 de ses adhérents qui ont rallié des listes concurrentes en vue des élections à venir.
4 commentaires
  1. vieux caladois - 19 novembre 2019

    à raison d'une publication par jour jusqu'au premier tour des Municipales du 15 mars 2020 il reste 117 (année 2020 bissextile) infos à dévoiler ! c'est l'abondance !

    1. Hervé Simonet - 19 novembre 2019

      G. Collomb avait 15000 raisons de ne pas revenir, je pense que ce ne sera pas trop difficile de trouver 117 magouilles, ou arrangements, qu'il a orchestré depuis 19 ans qu'il est à la tête de la ville de Lyon.

      1. Abolition_de_la_monnaie - 19 novembre 2019

        Il a surtout une bonne raison de rester : garder la main sur des dossiers et sur ses réseaux d'influence.

      2. vieux caladois - 19 novembre 2019

        heureusement le gram est là et grâce à mme Perrin tout va changer !

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut