Capture d’écran 2013-12-10 à 20.52.09
© Sytral

Ligne B à Oullins : ce choix a privé la Confluence de métro

Alors que le Sytral célèbre le nouveau terminus de la ligne B du métro, se profilent déjà de nouveaux horizons : Oullins centre, Hôpitaux Sud, Saint-Genis-Laval et l'A450. Une rétrospective s'impose : le choix de prolonger le métro B à Oullins a condamné l'extension de la ligne A vers la Confluence. Explications.

Capture d’écran 2013-12-10 à 20.52.09 ()

© Sytral

Ce mercredi à 14h, Oullins rencontrera pour la première fois de son histoire un métro. Le prolongement de la ligne B deviendra effectif, et celle-ci gagnera 1,8 km de voies nouvelles vers le sud-ouest. Le chantier aura coûté 222 millions d'euros. Franchir le Rhône en métro est un objectif assumé du Sytral depuis les années 1990. "On savait qu'on mettrait vingt ans", sourit Christian Philip, président du syndicat de transports entre 1995 et 2001. Les décideurs d'aujourd'hui fixent déjà un nouvel horizon : Oullins centre et les hôpitaux sud.

Terminus à Oullins : prolonger le métro A ou B ?

Il est difficile d'imaginer qu'à son inauguration, en 1978, la ligne B se limite à trois stations : Part-Dieu, Brotteaux et Charpennes. Malgré la volonté de Michel Noir de rallier la Doua, elle n'ira jamais plus loin au nord, s'arrêtant net à l'entrée de Villeurbanne. De l'autre côté, en revanche, elle n'a cessé de progresser. Dans les années 1990, pour rallier le sud-ouest de l'agglomération, le Sytral hésite : faut-il prolonger le métro A au sud de Perrache ou le métro B au sud de Jean-Macé ?

Les enquêtes ménages/déplacements successives, qui quantifient très précisément les flux quotidiens de personnes, montrent que Lyon/Presqu'île n'est pas la destination première des habitants concernés. Observons les résultats de celle de 2006. Le Sud-Ouest est identifié comme "Lônes et Coteaux du Rhône" qui s'étend de Ste-Foy-lès-Lyon à St-Genis-Laval, Oullins et Irigny, intégrant Givors et Grigny. 35 000 déplacements sont alors faits chaque jour entre ce secteur et Lyon/Rive gauche (Lyon 3e, 7e et 8e), soit plus que vers Lyon/Rive droite (à l'est de la Saône, 30 500 déplacements) et Lyon/Centre (20 500). La ligne B semble donc mieux à même de répondre aux besoins des populations. Son prolongement offre aussi une vraie desserte au stade de Gerland.

Interconnexion métro A et B un temps envisagée

Comme nous l'explique Christian Bourget, directeur général du Sytral sous Michel Noir, se dessine progressivement une volonté : prolonger le métro B jusqu'à Oullins et prolonger le métro A jusqu'au stade de Gerland, créant une interconnexion forte. La station Debourg avait aussi été pensée comme point de rencontre. La future Confluence aurait ainsi été desservie par un mode de transport lourd et attractif, avant même d'être lancée. Raymond Barre ne défendra toutefois que l'extension de la ligne B au sud des voûtes. Priorité est donnée à l'arrivée du tramway dans l'agglomération lyonnaise. Le lancement des T1 et T2 accapare les budgets. Le nouveau terminus de la ligne B, Stade-de-Gerland, est inauguré en 2000 (photo ci-dessus). La liaison Gerland-Confluence sera, elle, assurée en tramway.

Comme le remarque Christian Philip, la portion Stade-de-Gerland/Jean-Macé est structurellement déficitaire, avec une fréquentation très en deçà des seuils nécessaires pour rentabiliser un investissement métro. Dès l'origine, dit-il, il est prévu de rallier le Sud-Ouest, pourvoyeur en voyageurs. Mais il faudra du temps pour financer ce chantier. "J'ai obtenu le principe des études et la possibilité d'une deuxième station de métro, Oullins centre, sous la place de l'église", raconte François-Noël Buffet, maire d'Oullins, qui était déjà vice-président à la communauté urbaine sous Barre. L'élu UMP fait de la réalisation du premier barreau une condition de sa participation à l'exécutif de Gérard Collomb, après 2001, avant de démissionner. Il se bat toutefois pour que l'extension jusqu'aux hôpitaux sud soit réalisée d'une traite. "Une fois que le tunnelier était dans le trou, ce n'était pas plus difficile", argue-t-il. Les finances du Sytral en commanderont autrement.

Capture d’écran 2013-12-10 à 20.54.54 ()

Métro aux hôpitaux : un choix à 400 millions

Comme lors des précédentes inaugurations, celle de ce mercredi préfigure la prochaine étape. "À l'échelle de l'agglomération, arrêter le métro à la gare d'Oullins n'a pas beaucoup de sens", reconnaît François-Noël Buffet. Cap sur Oullins centre et les hôpitaux sud, soit 2,7 km de rails supplémentaires. Voilà qui permettrait de toucher 40 000 voyageurs/jour supplémentaires. Selon le maire d'Oullins, il en coûterait entre 300 et 400 millions d'euros, soit plus du tiers des capacités d'investissement du Sytral lors du prochain mandat (2014-2020). Les élus trancheront en 2014. En attendant, des études ont été lancées. Au plus tôt, le nouveau terminus pourrait être inauguré en 2020.

D'aucuns imaginent déjà la suite. Le maire de Saint-Genis-Laval, Roland Crimier, soutient une extension vers sa commune et une station au bord de l'A450, pour capter la circulation automobile en amont. Le Sytral étudie aussi cette hypothèse. Selon l'édile, ce prolongement vise également à assurer une meilleure liaison avec le TER échouant à Brignais, grâce à une ligne de bus en site propre qui relierait la gare SNCF au terminus métro.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut