David Kimelfeld, avec Thomas Rudigoz (au centre) et Jean-Louis Touraine (à droite), au grand débat sur les européennes organisé par Lyon Capitale et Sciences Po Lyon, le 22 mai 2019 © Antoine Merlet
David Kimelfeld, avec les députés LREM Thomas Rudigoz (au centre) et Jean-Louis Touraine (à droite), au grand débat sur les européennes, le 22 mai 2019 © Antoine Merlet
Article payant

Leçons des européennes à Lyon : David Kimelfeld en Marche toute

Un temps courtisé par la gauche, le président de la métropole a profité de la campagne des européennes désertée par Gérard Collomb pour tenter de verrouiller son investiture par LREM.

Cet automne, David Kimelfeld laissait la porte ouverte aux socialistes. Depuis le retour à Lyon de Gérard Collomb, il a tourné le dos à un parti dont il fut pendant quelques années le premier secrétaire fédéral. Pour remporter la primaire qu’il livre à Gérard Collomb. “Il a un positionnement plus social en tant que président de la métropole, mais il ne peut pas être l’arbre qui cache la forêt des députés LREM qui sont avec lui. Lors des européennes, il a fait acte d’adhésion à la liste Renaissance, il a distribué des tracts, parlé lors des meetings. Il a choisi de s’étiqueter En Marche, nous n’avons plus de raisons de discuter avec lui”, tranche le nouveau premier secrétaire fédéral du PS, Yann Crombecque.

Stratégie avec le PS

Dans sa stratégie, David Kimelfeld espère pour sa part renouer avec ses anciens camarades à la faveur d’un second tour à Lyon. Pour la métropole, il travaille sur une stratégie de rassemblement plus précoce. S’il venait à être investi par son parti, il réfléchit sérieusement à l’idée de faire une liste commune avec le PS à Villeurbanne et dans la circonscription de Vaulx-en-Velin. Dans les deux cas, il est prêt à laisser la tête de liste à ses anciens camarades : Jean-Paul Bret et Hélène Geoffroy. Leurs appareils respectifs pourraient toutefois avoir du mal à valider un tel scénario.

Canal Vert

Il vous reste 63 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
L’ex-conseiller régional LFI Andréa Kotarac au meeting RN d’Hénin-Beaumont, le 24 Mai 2019 © Philippe Huguen / AFP
C’est une bascule inédite – des Insoumis au Rassemblement national – qui se lit comme un roman d’espionnage. La volte-face d’Andréa Kotarac s’est opérée dans un climat marqué par les tentatives d’influence russes sur la politique française, avec des entremetteurs et des considérations financières. Retour sur une bascule plus médiatique qu’idéologique.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut