Le MoDem renoue avec la guerre interne

Sale ambiance dans la maison orange.

L'union n'est toujours pas le point fort du MoDem lyonnais. Dimanche soir, le faible score du parti de François Bayrou a fait ressurgir des divisions constatées lors des élections municipales et jamais vraiment guéries depuis. Les élections à la tête de la fédération du Rhône du parti devait apaiser les querelles internes. Aujourd'hui, la direction rhodanienne du parti est au cœur de toutes les contestations. " Dans le Rhône et à Lyon, nous réalisions toujours des scores bien au-dessus des résultats nationaux. Pour les européennes, c'est la première fois que nous ne faisons pas mieux. C'est la faute d'une fédération qui n'a de cesse d'exclure et de rejeter ses élus. C'est du gâchis ", s'énerve Anne-Sophie Condemine, adjointe MoDem à la ville de Lyon, en visant le duo Lafond-Isaac Sibille. Dans le courant plus à droite du parti orange, la critique est partagée. " La valeur ajoutée de la fédération du Rhône n'existe plus. Les trois villes où le MoDem réalise le meilleur score sont : Thizy chez Michel Mercier, Irigny chez Jean-Luc Da Pasano et Saint-Genis-Laval chez Roland Crimier. Il n'y en a qu'un seul qui fait officiellement partie de la direction de la fédé du Rhône. Si nous ne faisons pas mieux dans le département, les responsables de la fédération en sont responsables ", souligne Christophe Geourjon, conseiller municipal MoDem et siégeant dans l'opposition. " Il faudrait qu'au niveau national, ils se posent des questions sur notre fédération qui en plus n'a pas un leadership exceptionnel ", poursuit Thomas Rudigoz, conseiller municipal siégeant dans les rangs de la majorité.

Des attaques frontales auxquelles l'un des principaux intéressés, Eric Lafond, répond sur le même mode vindicatif : " Ces gens qui critiquent, je ne les ai pas vu sur le terrain pendant la campagne. Ils pratiquent la politique de la terre brûlée et espèrent que le MoDem perde des élections. Ceux qui se sont faits élire grâce aux voix de la droite ou de la gauche ne peuvent pas revendiquer la moindre analyse sur la situation du MoDem. Je ne vois pas la pertinence de leurs propos ". Le calme n'est pas prêt de régner dans la maison orange. Et les européennes n'auront fait qu'aggraver la guerre interne à la fédération du Rhône.

Paul Terra

à lire également
Marion Maréchal-Le Pen, aux Assises du FN, en février 2017, à Lyon © Tim Douet
La bataille fait actuellement rage à Lyon pour les élections municipales, en mars 2020. Mais quid de Marion Maréchal, l’ancienne députée du Vaucluse, désormais directrice d’une école privée d’enseignement supérieur, l’Issep, à Confluence (Lyon 2e) ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut