Christophe Boudot
© Tim Douet

Le FN perd son groupe à la métropole sur fond de divisions internes

À quelques jours du lancement de la campagne de Marine Le Pen à Lyon, le Front national local affiche ses divisions. Le parti frontiste a perdu son groupe à la métropole, ses deux élus n’arrivant pas à travailler ensemble.

Le week-end des 4 et 5 février, Marine Le Pen sera à Lyon pour lancer officiellement sa campagne présidentielle. Ces deux jours doivent montrer que le FN est capable de briser le plafond de verre auquel il se heurte depuis toujours. En choisissant Lyon comme première étape de sa conquête du pouvoir, Marine Le Pen n'a pas fait le choix le plus évident. La fédération frontiste du Rhône traverse en effet depuis près d'un an une zone de turbulences, liée notamment à la personne de Christophe Boudot, le leader local du parti frontiste. Et le dernier épisode en date tombe au plus mauvais moment pour Marine Le Pen. Le groupe FN à la métropole va être dissous. Composé de deux membres – Christophe Boudot, élu lyonnais, et Michel Casola, élu de Villeurbanne –, il vient d'exploser après la démission de Michel Casola. Car à la métropole de Lyon, le règlement intérieur prévoit qu'il faut un minimum de deux élus pour former un groupe politique.

Absentéisme

Avec cette dissolution, le parti perd une tribune mais aussi un collaborateur alors que le FN a besoin de permanents politiques pour assurer son développement. "Avec Christophe Boudot, on ne se parle pas. A Villeurbanne, nous travaillons en équipe pour préparer les conseils municipaux. A la métropole, je travaille tout seul. Je ne fais rien avec Christophe Boudot", avance Michel Casola pour expliquer sa décision de quitter le groupe FN et ainsi de le dissoudre.

Michel Casola pointe aussi l'absentéisme de Christophe Boudot, par ailleurs président du groupe FN au conseil régional, conseiller municipal à Lyon et assistant parlementaire de l'eurodéputé Bruno Gollnisch. Contacté, Christophe Boudot a refusé de répondre à nos questions. Depuis les municipales de 2014, le FN éprouve de nombreuses difficultés avec ses élus : un tiers ont démissionné.

Retrouvez plus d'informations sur ce sujet et sur les divisions internes au FN dans l'édition de février de Lyon Capitale, disponible dans tous les kiosques.

–––

Ajout 3 février : Pour suivre le congrès du FN à Lyon, mais aussi les meetings d’Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, le week-end des 4 et 5 février, suivez le LIVE de LYON CAPITALE :

à lire également
David Kimelfeld, lors de son élection à la présidence de la métropole – Grand Lyon, juillet 2017 © Tim Douet
À la tête de la métropole depuis dix-huit mois, David Kimelfeld accélère le rééquilibrage entre ses compétences urbaines (héritées du Grand Lyon) et sociales (récupérées du département). L’outil créé en 2015 commence selon lui à montrer les premiers signes de sa pertinence. Mais il demande aussi du temps. En creux, David Kimelfeld dresse l’inventaire de la patte qu’il a apportée à cette collectivité depuis qu’il a succédé à Gérard Collomb.
1 commentaire
  1. FEFI - 31 janvier 2017

    Difficile de communiquer avec un multi-fonctionnel... ET encore un assistant parlementaire qui fait bien d'autres choses?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut