Le cas Giordano divise les écolos lyonnais

Ce vendredi matin, Alain Giordano nous a confié son assurance : il pense ne pas être exclu d'Europe Écologie-Les Verts. Le maire du 9e arrondissement réagit aux déclarations d'Yves Durieux qui dénonce son attitude "intolérable" et réclame son exclusion temporaire du rassemblement écologiste. Un sujet qui embarrasse à Lyon où Alain Giordano compte aussi des soutiens.

Alain Giordano a appris sa possible exclusion des Verts en lisant le site Internet de Lyon Capitale. Il ignorait jusqu'alors qu'en début de semaine le bureau exécutif d'Europe Écologie réuni à Paris avait planché sur son cas et préconisé une exclusion temporaire. "Personne ne m'a appelé donc je trouve ça un peu fort de café, pour ne pas dire à l'opposé des habitudes de fonctionnement des Verts. J'étais porte-parole des Verts quand Philippe Meirieu était au PS. Je veux bien qu'il ait une ascension fulgurante mais de là à réunir un bureau à Paris pour une conclusion bancale... Je serais donc suspendu parce que je soutiens un autre candidat mais il existe chez Les Verts un droit de retrait qui me permet de ne pas le soutenir. Qu'il compulse le mode de fonctionnement des Verts avant de prendre des décisions. Si Philippe Meirieu et Yves Durieux ont besoin de conseils, je suis là", se défend Alain Giordano.

Ses camarades sont en train d'étudier son éventuelle exclusion en raison de sa participation, lundi, à une conférence de presse aux côtés de Gérard Collomb et des candidats "socialistes" aux législatives. Thierry Braillard, candidat aux législatives sur la 1re circonscription, contre Michel Havard (UMP) et aussi contre Philippe Meirieu, numéro 2 d'Europe Écologie-Les Verts, assistait aussi à la conférence de presse et a été présenté comme le candidat du PS lyonnais sur cette circonscription.

Les écologistes lyonnais accusent donc Alain Giordano de s'être trompé de famille. "Il y a 95 % de chances pour qu'il soit suspendu d'Europe Écologie pour les trois mois qui viennent. Le bureau régional s'expliquera avec lui et il devra accorder son soutien à Philippe Meirieu pour refaire partie de notre mouvement", nous a expliqué Yves Durieux, le secrétaire départemental d'Europe Écologie-Les Verts. "Il m'est reproché d'avoir assisté au commentaire des résultats sur les neuf arrondissements lyonnais. Gérard Collomb avait demandé à tous les maires d'arrondissement d'être présent. Je suis donc venu. Dans la foulée, Thierry Braillard et d'autres candidats ont parlé des législatives. Moi, je n'étais présent que pour les commentaires des résultats du second comme les autres maires d'arrondissement : Flaconnèche, Kimelfeld et Coulon. Je n'ai pas pris la parole. Je suis loyal envers Gérard Collomb qui m'a présenté comme un écologiste pragmatique", se justifie Alain Giordano.

Dans cette guerre interne aux écolos lyonnais, le maire du 9e arrondissement reçoit aussi des soutiens, dont celui de Pierre Hémon, président du groupe écolo à la Ville de Lyon : "Il n'y a aucune raison de le suspendre. Tous les maires d'arrondissement étaient invités à cette conférence et il avait donc toute sa place. Alain Giordano n'a jamais soutenu Thierry Braillard et oui, il ne tient pas à soutenir Philippe Meirieu. Je ne suis pas un garçon qui exclut et, deuxièmement, que l'on me présente un bon dossier pour son exclusion. Je ne vois pas de bons éléments pour justifier une telle décision. Il n'a pas signé l'appel des "malgré nous" qui soutiennent Thierry Braillard".

Première victime du duel Braillard-Meirieu

La guerre Braillard-Meirieu a donc fait une première victime. À l'automne, le PS et les Verts scellent un accord électoral. La 1re circonscription est ainsi réservée à Philippe Meirieu. Thierry Braillard qui se voyait déjà retourner au combat contre le député sortant UMP Michel Havard entre alors en dissidence, soutenu par Gérard Collomb. "Sa suspension, si elle est confirmée, est liée à un accord national. On ne pique pas une place à Gérard Collomb. Entre nos deux organes politiques, tout s'est passé normalement. Nous faisons face à une attitude insupportable de Gérard Collomb et de la fédération PS du Rhône. L'attitude de Giordano est, elle, intolérable. À Villefranche-sur-Saône, tout se passe bien avec notre candidat, à qui la circonscription était réservée par l'accord. Même à Grenoble où les rapports entre le tandem Destot-Vallini et Europe Écologie sont tendus, mais sur les législatives cela se passe mieux. Destot et Vallini mettent moins sur le devant de la scène ces accords électoraux. Il n'y a que sur la 1re que nous avons un problème", poursuit Yves Durieux.

Dès ce vendredi, Alain Giordano a reçu le soutien de Jean-Yves Sécheresse, président du groupe socialiste au conseil municipal de Lyon, qui ajoute Gilles Buna à la liste des futurs sanctionnés : "Leur faute, vous l’imaginez est très sérieuse. A vous d’en juger, ils ne soutiennent pas leur nouveau camarade Meirieu qui vient de se voir offrir la 1ère circonscription du Rhône par Duflot et Aubry. Je ne peux que les comprendre, moi même refusant de couvrir une telle opération, au demeurant néfaste pour les Verts comme pour les socialistes. Giordano et Buna, deux élus particulièrement actifs dans le travail quotidien de notre majorité vont donc être sanctionnés parce que ne soutenant pas les contorsions groupusculaires et bureaucratiques de leur parti. On aura tout vu, ce d’autant que les Verts se targuent de faire de la politique autrement".

Un contentieux existait déjà avant le cas Braillard

Jeudi, Yves Durieux sortait du cadre Meirieu/Braillard pour justifier d'une sanction à l'encontre du maire du 9e arrondissement : "Le contentieux remonte à plusieurs mois : des votes non concertés à Lyon et au Grand Lyon, sa décision de participer à la destitution d'Étienne Tête. Les sujets s'accumulent. Sollicité par Philippe Meirieu pour être dans son comité de soutien, il a renâclé à le faire et soutient un candidat qui n'est pas Philippe Meirieu". "Il n'avait plus rien d'écolo. Il passait son temps à soutenir le projet de Grand Stade", appuie Étienne Tête.

À l'heure actuelle, la guerre fratricide entre Thierry Braillard et le numéro 2 des Verts n'a pas provoqué d'autre saisine pour une éventuelle exclusion du parti écologiste. Mais dans les jours à venir, Alain Giordano pourrait ne plus être seul. "D'autres traînent les pieds pour faire partie du comité de soutien de Philippe Meirieu mais ils ne font pas de déclarations tapageuses", pointe Yves Durieux. Gilles Buna est ainsi dans le collimateur des écolos lyonnais. Il ne fait pour le moment pas partie du comité de soutien de Philippe Meirieu, selon nos informations. "Gilles Buna m'a assuré de son soutien ainsi que Françoise Rivoire. Ils m'ont dit :"Si tu sautes, on part avec toi", rétorque Alain Giordano. Le pire est donc peut-être à venir chez les écolos.

à lire également
Dans un post publié sur Facebook, Gérard Collomb raconte être "allé au contact des groupes de jeunes qui faisaient face aux forces de l'ordre" ce samedi place Bellecour pour les "interpeller en leur signifiant qu'ils ne pouvaient pas gâcher la fête des lumières, la fête de tous les Lyonnais, leur fête".
14 commentaires
  1. Collombitude - 10 mai 2012

    Bravo, il faut l'exclure, car soutenir Braillard est une faute morale, éthique, politique, impardonnable. Les verts doivent se montrer exemplaire, pour mettre en évidence la bassesse du PS local

  2. 1Decroissant - 10 mai 2012

    Collombitude est Vert maintenant ? je croyais qu'il était de droite vu qu'il ne cogne que sur la gauche jamais sur l'UMP. Merci de ton soutien....

  3. PERHAPS - 11 mai 2012

    une vraie girouette ce giordano, sans foi ni loi Que lui trouvait on de vert ? Les verts ne mangent pas à tous les rateliers Son autobiographie va être très volumineuse, truffée de démonstration d'opportunismes à la Fabius Encore un franc-maçon qui est attiré par les loges people du stade incroyable le peu de conscience que ce genre d'élus révèle dès qu'ils ont une début de pouvoir sur leurs concitoyens, alors qu'ils devraient s'attacher à rendre des comptes sur le mandat qu'il leur a été confié Il y a donc des batards partout (ce n'est pas une insulte c'est jean mimi qui l'a dit) et certains en ont une couche très épaisse

  4. PERHAPS - 11 mai 2012

    DES CROISSANTS, tu serais pas un peu vert (de rage) toi aussi ? avec une tite mousse tache sous le nez ?

  5. Hakim - 11 mai 2012

    J'ai voté vert pour une politique autrement.... je suis bien décu....Philippe Merieu était encore au PS il y a deux ans...Il débarque dans le 9e sans légitimité.... Voilà encore une bonne blague!!! A croire que le parti que ... je soutients ne tire aucune expérience des dernières elections...

  6. Betty - 11 mai 2012

    Moi, j'aime bien sa moustache elle lui va si bien!!!

  7. guidoline - 11 mai 2012

    On attend qu'Alain Giordano s'oppose au projet d'installer une antenne de téléphonie de forte puissance en plein coeur de St Rambert (Lyon 9e) à côté du nouveau pôle social qui abrite notamment une crèche ! C'est bien le moins qu'on puisse attendre d'un élu écolo. Sinon à quoi bon voter pour lui ? Si cette antenne est installée et que des enfants développent une maladie, les élus devront assumer leur responsabilité.http://non-a-l-antenne-st-rambert-ile-barbe.byethost24.com/wp/?p=98

  8. Collombitude - 11 mai 2012

    La candidature de P.Meirieu est tout à fait légitime, elle fait l'objet d'un accord national EELV/PS. C'est Collomb qui ne respecte pas les accords de son parti,pour que son pote Braillard PRG (avec G comme Gauche??), ce super supporter du stade, soit récompenser de tous ses mensonges. Collomb(notre Sans Aubry) devrait être exclu du PS tant il lui fait honte et détourne nombre d'électeurs de gauche.

  9. Hakim - 11 mai 2012

    Je comprends encore mieux qui est derrières ces messages… Vous politiques, vous n’avez pas encore compris que l’on veut du changement… MARRE de ces guerres de réseaux… Vivement qu’une nouvelle génération arrive !!!Qui peut critiquer les mutations du 9e arrondissement???

  10. Martin de Givors - 11 mai 2012

    Entre les J.V. PLACE et C. DUFLOT qui quémandent des postes Ministériels pour leur pomme, du jamais vu chez les Verts... Localement les mêmes élu(e)s d'EELV qui ont soutenu COLLOMB lorsqu'il a supprimé le poste d'adjoint à E. TETE et maintenant T. BRAILLARD serpillière PS pro grand stade à la place de P. MERIEU qui est cependant désigné par la majorité des militants d'EELV et au delà par le MEI d'Antoine WAECHTER, cela a de quoi surprendre et expliquer l'ire des responsables locaux d'EELV.Alors que la pire des crises est la crise écologique,ce qui devrait rassembler les écologistes pour leur permettre de peser sur des choix politiques adaptés aux défis qui sont à relever, les élections n'étant qu'un passage éphémère,la raison impliquerait de relativiser l'attitude de cet élu, à l'évidence plus PS qu'écolo...plutôt que de parler exclusion il a d'autres façons de se démarquer publiquement de cet élu. Par ailleurs à charge d'EELV de ne pas le reconduire lors des prochaines Municipales.

  11. PhCh - 12 mai 2012

    Arrêtons de nos déchirer entre Verts, car quand les brebis se tirent la laine, les loups se lèchent déjà les babines... Oui, en tant qu'ami je confirme qu'Alain Giordano est à la fois franc et maçon : je n'ai jamais eu à douter de sa franchise et tout ce qu'il a réalisé dans le 7ème et dans le 9ème, sur le plan concret comme sur l'avancée des idées, démontre ses talents de bâtisseur au service de l’Écologie dans toute sa dimension humaine. La véritable pureté, la véritable noblesse ne nous sont pas accordées par notre naissance, elles sont le fruit de notre volonté de nous mettre au service de tous.

  12. Collombitude - 12 mai 2012

    Alors voit ton pote, explique lui, et ramène le dans le droit chemin, tout le monde peut faire des conneries.

  13. Guignol - 12 mai 2012

    Incroyable ! Je le connais bien Alain et dans notre quartier, il a fait avancer les idées vertes. Alors peut être effectivement il ne prends pas peut être toujours une position dure. Mais je vous signal quand même que les verts gouvernent la ville avec le PS. Et franchement au PS c'est plutôt croissance absolue que développement durable. Alors il faut faire des compromis et parfois les compromis sont difficiles. C'est grâce aux verts qu'a CONFLUENCE il y a des bâtiments en HQE. Car pour Collomb au départ c'était niet. Trop chère ! Les berges du Rhône pareil. Collomb souhaitait la moitié en parking. Finalement devant le succès des berges, il dit que s'est son idée maintenant et que d'autres s'opposaient. L'histoire est toujours écrite par les vainqueurs. Comme je sais que ce post sera lu par les verts du Rhône, je vous le dis franchement. Suspendez Alain et Gilles et moi j'arrête de verser mes 18€/mois. Avec le fichier des adhérents vous allez vite trouvez qui verse cette somme. A bien

  14. Chlorophyle - 2 juin 2012

    Alain se plante : il est là où il est grâce à un accord Verts-PS, qui d'ailleurs avait à l'époque fait basculer les choses en faveur d'un accord de 1e tour. Exclu des Verts, il n'est plus rien. Collomb tire les ficelles, et lui exprimera bientôt son mépris quand il ne lui sera plus d'aucune utilité !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut