Fouziya Bouzerda © Tim Douet
Fouziya Bouzerda © Tim Douet

Grand Lyon : Kimelfeld retire sa délégation à une élue pro-Collomb

Le président de la métropole a retiré sa délégation à Fouziya Bouzerda, sa vice-présidente en charge de l’insertion et de l’économie.

La bataille politique s'accélère à Lyon depuis hier et David Kimelfeld semble prêt à secouer le cocotier en rentrant en campagne sans investiture de La République en Marche. Nouvel épisode en date, selon nos confrères du Progrès, le président de la métropole de Lyon a retiré jeudi soir sa délégation à Fouziya Bouzerda, sa vice-présidente chargée de l’insertion et de l’économie. Il lui reproche notamment son interview parue mercredi dans le même quotidien où elle expliquait avoir “une différence d'approche” sur l'économie entre le président de la métropole et Gérard Collomb. “Il ne faut surtout pas commencer à croire que la décroissance peut être un modèle”, avait-elle notamment lâché. 

Soit elle en est persuadée et c’est grave. Soit c’est de l’agitation politique. Quoi qu’il en soit, c’est une remise en question des choix politiques que nous faisons avec une forme de travestissement de la réalité”, a réagi hier David Kimelfeld dans Le Progrès. Fouziya Bouzerda conservera tout de même son poste de vice-présidente – pour lui retirer son siège, il aurait fallu un vote de l'assemblée métropolitaine sans assurance de réunir une majorité -, mais ne s'occupera plus des questions économiques. C'est Karine Dognin-Sauze, vice-présidente en charge de l'Innovation et du développement numérique, qui récupérera cette délégation.

Lundi lors du conseil métropolitain, Fouziya Bouzerda avait été ouvertement critiquée par Myriam Picot, pourtant membre de la même majorité. Un épisode qui avait surpris dans la salle du conseil où les désaccords de l’exécutif s'affichent rarement en public. David Kimelfeld n'était pas intervenu. Visiblement énervée, Fouziya Bouzerda avait quitté l'hémicycle après cet échange “pour aller voir Collomb”, rapportait alors un élu métropolitain. 

Lyon  : Kimelfeld partira en campagne le 16 octobre, "quoi qu'il arrive"

à lire également
Equipage de la Police nationale à Lyon © Tim Douet
Face aux problèmes créés par le trafic de cannabis, la municipalité villeurbannaise sortante avait lancé une grande concertation sur la dépénalisation. Un choix jugé aujourd’hui risqué électoralement. Les remontées des habitants sur la tranquillité publique ne sont pas élogieuses.
1 commentaire
  1. raslebol69 - 4 octobre 2019

    Fouziya Bouzerda n'a que le retour de ses actes et déclarations. Elle adore cumuler comme son mentor Collomb l'a fait si longtemps.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut