GERARD COLLOMB : "TOIUT DEPEND DU MODEM"

D'ailleurs, dès le 1er tour de la présidentielle, vous aviez noté que je n'étais pas de ceux qui étaient le plus réjouis. Je voyais bien qu'il manquait deux à trois points. Le 2e tour et la suite ne s'annonçaient pas favorables. Tout cela est logique. Le système est maintenant complètement dérégulé. Si demain on a une chambre avec 450 députés UMP, il n'y a plus d'équilibre des pouvoirs. Un certain nombre d'analystes pensent qu'il faut aller au bout de la logique du quinquennat et faire, comme c'est le cas dans un certain nombre de pays, les législatives le jour de la présidentielle. Comme ça vous avez un reflet exact du pays et pas une bombe à retardement qui amplifie de façon extraordinaire les résultats. On est aujourd'hui dans quelque chose de pervers institutionnellement.

A Lyon comment trouvez-vous que vos candidats ont résisté ?
Plutôt bien dans cette tourmente. Et avec un centre qui n'a pas du tout fait des scores ridicules, malgré l'élément de déception que constitue le score de madame Comparini. Tout le problème est de savoir si les électeurs Modem se porteront sur les candidats PS au second tour.

Appelez-vous comme Jean-Jack Queyranne à un "vote républicain" contre les candidats Sarkozy ?
Moi, je ne parle pas de barrage républicain mais tout simplement de respect de la diversité. Même certains électeurs UMP voient bien qu'une chambre au 4/5e UMP ne serait pas une bonne chose pour le fonctionnement normal des institutions. Mais je ne permettrais pas de dire que ceux qui n'ont pas voté comme nous et qui ont voté UMP ne sont pas républicains.

Etes-vous déçu du score de Najat Vallaud-Belkacem opposée à Dominique Perben ?
Non, c'est un très bon score compte tenu des circonstances. Najat est une des révélations de cette campagne, elle a fait une superbe campagne. Son score, je le lui avais d'ailleurs prédit samedi soir. J'avais dit 25 %. Elle a fait un peu plus. C'est pas mal !

Le score de Pierre-Alain Muet doit pourtant vous surprendre.
Il y a un effet de trompe-l'œil. Son score peut paraître décevant mais en même temps, c'est lui qui a le plus de réserves à gauche. C'est dans cette circonscription que les Verts, le PC, les alternatifs font leur meilleur score. Pierre-Alain Muet a donc le plus de chances intrinsèquement. Même si Jean-Louis Touraine et Thierry Braillard ont aussi leur chance, liée à l'attitude des électeurs du Modem et à la mobilisation des électeurs de gauche.

Ségolène Royal dit : "Votez pour moi" sans revenir sur la défaite de la présidentielle...
Quand vous êtes dans une bataille, il vaut mieux livrer bataille que disserter sur les causes de vos difficultés. Ce débat en profondeur sur ce que doit être le parti socialiste viendra. A ce sujet, j'ai longtemps prêché dans le désert mais il y a des défaites qui peuvent remettre en cause bien des certitudes...

Ces législatives annoncent-elles pour vous des municipales difficiles ?
On ne peut pas transposer les législatives sur des municipales. Ce ne sera plus un vote pour ou contre Sarkozy, ce sera un vote entre Dominique Perben et Gérard Collomb pour savoir qui est le plus capable de gérer Lyon et la faire progresser. Et à mon avis, les votes ne se recouperont pas ! Je connais beaucoup de gens qui m'ont dit : "cette fois-ci, on ne vote pas comme vous mais pour les municipales, vous pouvez compter sur nous car vous avez transformé Lyon, et que vous en avez fait une ville dont nous sommes fiers".
Propos recueillis par Philippe Chaslot

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb au conseil métropolitain, le 10 juillet 2017, jour de l'élection du premier © Tim Douet
Le maire de Lyon, et ex-ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron, se déclare officiellement candidat à la présidence de la métropole du Grand Lyon, occupée par David Kimelfeld depuis son départ pour Beauvau au printemps 2017.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut