Geourjon, officiellement candidat

Après le retrait d'Azouz Begag, Christophe Geourjon restait seul en lice. La commission électorale du parti en a pris acte et considéré 'à l'unanimité, le vote prévu le 6 décembre comme inopportun, en raison de la présence d'un seul candidat. Il reste ainsi à Christophe GEOURJON à réunir les conditions du rassemblement pour constituer une liste pour les élections municipales de mars 2008.'

L'absence de vote est cependant surprenante. En règle générale, les partis s'en servent pour 'légitimer' le candidat, surtout s'il a une faible notoriété comme Christophe Geourjon. Michel Mercier, président du Modem-Rhône, a sans doute estimé qu'il y avait plus à perdre à organiser cette élection. Le Modem pouvait en effet craindre que les partisans de Begag ne se 'défoulent' dans l'isoloire, en votant en blanc. Cela aurait gâché l'investiture de Geourjon et étalé au grand jour l'ampleur des dégâts laissés par une primaire particulièrement tendue. Sans vote, finalement, c'est plus facile. Y compris au Mouvement 'Démocrate'.

Lire l'entretien de Geourjon : 'Je veux être maire de Lyon' lien

Lire : le retrait de Begag lien

Et l'entretien de Begag, qui a mis le feu au Modem lien

à lire également
A moins d’un mois du premier tour des élections municipales, le 15 mars 2020, le scrutin est plus que jamais incertain à Lyon. Les célèbres bookmakers anglais auraient bien du mal à dégager une tendance et un favori. Tant la course est ouverte, très ouverte. Et deux tours d’élections pourraient ne pas être suffisants pour dégager l’heureux élu.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut