Décines : quel effet Grand Stade ?

Le score des élections présidentielles et législatives laisse augurer à l’UMP des chances de conquérir un bastion de gauche de l’Est lyonnais. À la présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy est ainsi arrivé en tête au second tour. “Nous pouvons faire un bon score, mais ce sera compliqué de faire basculer Décines. Autour de Pierre Crédoz [l’ancien maire, qui a passé les rênes à Jérôme Sturla en 2011, NdlR], on sentait une usure du pouvoir. Avec Jérôme Sturla, une nouvelle dynamique a été lancée et il est trop tôt pour pouvoir estimer son poids politique”, note Michel Forissier, le maire (UMP) de la commune voisine.

Comme dans beaucoup d’autres villes de taille moyenne à gauche depuis des décennies, l’UMP souffre d’un problème de leadership. La candidate investie, Laurence Fautra, souffre d’un manque d’implantation et de notoriété face au maire sortant, Jérôme Sturla. L’UMP aura surtout bien des difficultés à capitaliser sur l’OL Land, qui doit s’ériger sur la commune. Car ce “créneau” sera de nouveau occupé par l’association Carton Rouge (12,93 % en 2008 au second tour), dont la liste devrait compter des militants UMP comme des sympathisants de gauche et qui pourrait refuser toute alliance ou désistement au nom de sa neutralité politique.

---

Article paru dans Lyon Capitale n°725 (sept. 2013)

-----

Vous êtes candidat aux municipales ? Vous avez une idée à défendre ? Un projet pour votre commune ? Un coup de gueule ? Vous souhaitez interpeller les candidats ? Postez un commentaire ou écrivez à la rédaction : municipales@lyoncapitale.fr

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut