Jean-François Debat (PS) © Tim Douet
Jean-François Debat (PS) © Tim Douet
Article payant

Debat essaie de réveiller le PS lyonnais

LREM prépare minutieusement les municipales 2020. Objectif : remplacer les socialistes dans toutes les grandes villes. À Lyon, berceau de la macronie, le PS détourne les yeux des préparatifs de cette 2e phase de l’OPA En Marche. De l’extérieur, le patron régional des socialistes, Jean-François Debat, qui mise sur Kimelfeld, tente de sortir le PS local de son apathie.

Derniers vestiges de la gloire perdue du Parti socialiste, les municipalités conquises et gardées ces vingt dernières années appartiennent à la catégorie des espèces menacées. Le nouvel ogre politique, La République en Marche, promet de les dévorer lors des élections municipales de 2020. Ces villes demeurent la dernière présence matérielle d’un parti dont les électeurs se sont violemment détournés en 2017 : 6 % à l’élection présidentielle et 260 députés perdus. Un an plus tard, ils semblent n’en nourrir aucune nostalgie. À l’exception notable du regain de sympathie qui accompagne les mémoires présidentiels de François Hollande. Pour la nouvelle et jeune direction du PS, les municipales de 2020 seront le premier grand rendez-vous. “Nous demandons à être jugés après les élections locales, déclare ainsi Jean-François Debat, responsable autoproclamé du parti à l’échelle régionale. Nous saurons alors si notre projet de reconstruction peut fonctionner. Si nous subissons des pertes massives, la renaissance sera compromise. Mais je pense que nous pouvons globalement maintenir nos positions.” Au-delà de la méthode Coué, il table sur l’ancrage profond du socialisme municipal et l’habituelle prime aux maires sortants pour endiguer une nouvelle vague En Marche.

Brouillage

Il vous reste 82 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut