Collomb prêt à faire campagne pour Frêche

Gérard Collomb jette un pavé dans la marre en soutenant la liste conduite par Georges Frêche en Languedoc-Roussillon alors que Martine Aubry s'est démenée pour constituer une liste concurrente. Collomb pourrait même aller lui apporter son soutien en Languedoc-Roussillon "avec femme et enfants".

A regarder leur profil, quelques points communs sautent aux yeux. Barons locaux en mal de reconnaissance parisienne, Georges Frêche et Gérard Collomb sont tous deux passionnés par leur ville, posant sur elle un regard prospectif. Ils partagent aussi un fonctionnement un brin autocrate, acceptant mal la collégialité. Le tempérament les oppose : Collomb est aussi prudent et discret que Frêche est fanfaron et borderline. Le premier vient cependant d'apporter son soutien au second. Au risque d'être à contre-courant du PS.

"On est tombé dans la caricature"

Rappel des faits : après les propos du Président sortant de Languedoc-Roussillon sur la "gueule pas catholique" de Fabius, le PS a investi Hélène Mandroux, maire de Montpellier, pour emmener une liste socialiste, concurrente de celle de Frêche. Laquelle liste n'a pas réussi à rallier Europe Ecologie. Dans cette compétition de 1er tour entre les trois listes de gauche, Collomb a donc choisi : ce sera Frêche. Quitte à enfoncer un peu plus la candidate officielle du PS, déjà en délicatesse au vu des sondages.

Frêche, "c'est une grande gueule à qui l'on peut reprocher beaucoup de choses, pas d'être antisémite", confie le sénateur-maire de Lyon au Progrès. "On est tombé dans la caricature" à propos de l'ancien maire de Montpellier, estime-t-il. La campagne est selon lui trop avancée pour lancer une autre liste.

Collomb se lance même dans un panégyrique de Frêche qui, "à la tête d'une Région, a su trouver une architecture subtile entre l'urbanisation de la capitale languedocienne et le milieu rural". Il est même prêt à aller soutenir le paria actuel du PS "avant la fin du mois de février" si celui-ci l'invite à déjeuner avec "femme et enfants". Une incruste bienvenue pour le Président du Languedoc-Roussillon, qui souffre d'une absence de soutien dans son ancien parti.

à lire également
Gérard Collomb
Après l'annonce de sa candidature aux élections municipales à Lyon en 2020, ce lundi, Gérard Collomb a assuré qu'il demeurerait ministre de l'Intérieur à part entière jusqu'à l'été prochain. Un position difficilement tenable, selon ses opposants politiques. D'autant que l'ex (et futur ?) maire de Lyon semble déjà concentré sur son retour. 
29 commentaires
  1. Yvan, de Lyon - 13 février 2010

    De façon plus terre à terre, que pense que les deux hommes s'estiment. C'est cette estime et ce respect entre 'guerriers' valeureux, qui les conduit à se rejoindre.C'est une histoire d'Hommes.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut