Ce qu'ils pensent du renvoi des élus Verts villeurbannais

Le communiqué est tombé lundi matin, à 11h30. Peu après, les élus de l'agglomération se retrouvaient en conseil communautaire.

Dans les couloirs, on ne parlait que de ça : l'éviction des élus Verts de l'exécutif villeurbannais. "Déplorable", réagit François-Noël Buffet, sénateur-maire d'Oullins (UMP). "On retire des délégations quand l'adjoint à commis une erreur politique ou une énorme bourde technique", estime Emeline Baume, conseillère communautaire écolo. Les élus de gauche se montraient plus compréhensifs. "Pas d'ingérence", invoque Gilles Vesco (Modem).

à lire également
David Kimelfeld, lors de son élection à la présidence de la métropole – Grand Lyon, juillet 2017 © Tim Douet
Courtisé à gauche, coincé au quotidien dans la tenaille des Collomb, David Kimelfeld a décidé de se donner du temps et de garder toutes les options ouvertes tant que le ministre de l’Intérieur n’est pas de retour physiquement à Lyon. Cet entre-deux constitue sa seule chance d’exister dans un paysage politique sur lequel il n’a pas trouvé de prise.
5 commentaires
  1. Lumière - 29 juin 2010

    C'est du gagnant gagnant : Vessiller a toujours été incompétente et détestée de ses collègues écolos.

  2. christian - 29 juin 2010

    ah bon ? Lumière a un avis éclairé !incompétente ? détestée par ses collègues écolos ? ce n'est pourtant pas ce que nous croyons savoir !

  3. Martin de Givors - 29 juin 2010

    Il est évident que le PS ne partage pas les mêmes analyses que les écologistes sur la gravité de la crise écologique, générée par notre mode de consommation effrénée des ressources non renouvelables et ses effets dévastateurs,notamment, sur le plan économique et social...A partir de là ce sont deux logiques politiques totalement différentes qui s'affrontent, le PS étant forcemment plus sensible au rapport de force électoral qu'à la crise écologique... Ne nous étonnons donc pas de cette décision du Maire de Villeurbanne, dés lors qu'il pense que sa 'forteresse électorale' se lézarde à cause de l'attitude de ses 'alliés Verts'.Désormais, l'objectif des écologiste doit être de se trouver au premier tour des élections en réelle position de force avec le PS pour négocier au deuxième tour, et à ce titre, le rassemblement de toutes les organisations de l'écologie politique s'avère indispensable.

  4. jm calther - 30 juin 2010

    Je n'ai pas compris l'avis de Bruno Charles mais je suis assez d'accord avec l'idée que lorsque la droite ne menace pas, la gauche puisse trancher entre verts et ps. Le PS ne sort pas grandi ici.La réaction de Buffet est amusante puisque il joue aux choqué mais a approuvé Cochet lorsqu'il a dégagé une élue de sa majorité, coupable d'avoir soutenu Dupont-Aignant.

  5. Grand Lyonnais - 30 juin 2010

    De quelle crise écologique parle tu Martinou ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut