David Kimelfeld Emmanuel Macron Gérard Collomb
© Tim Douet

Campagne de Macron à Lyon : les élus LR ne lâchent pas la métropole

Les élus LR de la métropole n'ont pas décidé de lâcher sur l'utilisation des moyens du Grand Lyon pour la campagne d'Emmanuel Macron. Philippe Cochet en tête, ils ont décidé de saisir la commission nationale des comptes de campagne et la Chambre régionale des comptes et menacent de saisir le procureur de la République de Lyon.

Comme nous l'écrivions en mars dernier, Philippe Cochet, le président du groupe Les Républicains à la métropole de Lyon a interpellé David Kimelfeld sur l'utilisation des moyens publics de la métropole de Lyon pour a campagne d'Emmanuel Macron. Cependant, ce dernier a regretté que la réponse de l'exécutif “n’apporte aucun élément pertinent pour répondre aux interrogations sur l’usage supposé de l’argent public en faveur du mouvement En Marche et de son candidat”. Le maire de Caluire-et-Cuire a alors adressé une nouvelle demande au président de la Métropole le 21 mars dernier. “Depuis lors, la Métropole de Lyon n’a pas souhaité apporter d’éléments de réponse. Cette gêne à écrire noir sur blanc qu’aucun moyen de la métropole n’a été utilisé pour des actions politiques partisanes ne peut qu’interroger les Grands Lyonnais”, a regretté Philippe Cochet qui a donc décidé de poursuivre ses actions en sollicitant la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques pour étudier les comptes du candidat Emmanuel Macron et en saisissant la Chambre régionale des comptes “pour qu’elle assure un contrôle ciblé sur les dépenses concernées”.

Les élus Les Républicains vont aussi réitérer leur demande auprès de David Kimelfeld auprès de Georges Képénékian, le maire de Lyon. “En l’absence de réponse de la part de la Métropole de Lyon, le groupe saisira prochainement le procureur de la République de Lyon”, a par ailleurs menacé Philippe Cochet. Lyon Capitale aussi a souhaité obtenir des réponses à ces interrogations, mais s'est heurté au mur de la transparence comme nous le révélions dans notre papier : “Macron a-t-il utilisé des fonds publics pour sa campagne ?”

à lire également
Jean-Marie Girier (au premier plan) arrivant à l’Elysée avec Arnaud Leroy, Sibeth Ndiaye, Benjamin Griveaux, Richard Ferrand et Julien Denormandie, le 14 mai 2017 © Stéphane de Sakutin / AFP
Ce n’est finalement pas sur les ristournes d’Olivier Ginon à En Marche que la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron se judiciarise, mais sur une affaire lyonnaise. L’opposition LR suspecte les collectivités présidées par Gérard Collomb d’avoir apporté un soutien illégal au futur président de la République pendant la campagne électorale. La justice veut désormais savoir si ces activités, exercées dans ce qui est habituellement un angle mort de la Commission des comptes de campagne et des magistrats, sont répréhensibles.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut