"Caliméro" Gollnisch sera candidat à la succession de Le Pen

"Je pense qu'il est raisonnable de passer la main aux jeunes, de permettre au FN de continuer. Je ne suis pas éternel". Jean-Marie Le Pen a annoncé sur France 2 la date de son probable départ de la présidence du FN : ce sera 2010 ou 2011, ce qui implique qu'il ne sera pas candidat à la prochaine présidentielle. Il ne voit que deux candidats pour lui succéder : "Marine (Le Pen) ou Gollnisch (Bruno)".
L'eurodéputé et ancien enseignant à Lyon 3 espère bien être désigné, le moment venu, par les militants : "J'entends bien être candidat" confie-t-il. Mais il ne part pas favori. L'intéressé reconnaît d'ailleurs que Marine Le Pen "a pris l'avantage" sur le terrain médiatique : "depuis que j'ai été directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen en 2002, avec le succès que vous savez, je n'ai pratiquement plus eu d'invitation médiatique. Le peu d'ouvertures pour le FN, c'est Marine qui en bénéficie. Je ne suis pas jaloux, mais je trouve que c'est un peu injuste qu'on ne m'interroge jamais."
Pour l'instant, Bruno Gollnisch ne voit pas forcément de solution pour inverser cette situation : "Je pourrais être invité au 20 h, il suffirait que je dise du mal de ceux avec qui j'essaye de construire une alternative. Mais ce n'est pas ma démarche. Je suis un homme indépendant qui ne se soucie pas de l'image qu'il donne dans les médias, qui se contente d'être cohérent avec ses idées, ses engagements, et les promesses qu'il a faites à ses électeurs." Il ajoute cependant : "Dans une démocratie, je pense que de temps en temps, une petite place peut être accordée sur les ondes au numéro 2 ou 3 d'une des principales forces politiques du pays."
En attendant, Bruno Gollnisch annonce qu'il "pense se présenter aux régionales". Et ce sera "en Rhône-Alpes", même s'il s'était présenté dans l'Est aux dernières européennes, pour laisser la place dans le Sud-Est à Jean-Marie Le Pen : "J'ai fait campagne à Mâcon, qui est vraiment à côté de la Région Rhône-Alpes. Et puis je défends les intérêts de mes compatriotes, pas un secteur" défend-il.

à lire également

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut