Ca sent la quille !

Des élus qui ne ratent pas une occasion de se chahuter. Une panne de courant et un pétage de plombs. Un budget dont tout le monde se fout parce que les élections approchent. Ca sent la quille.

On s'empaille sur le bilan
Yvon Deschamps défend un budget 2008 dans la droite ligne de ceux qui l'ont précédé pendant sept ans. Il joue la continuité. Sans surprise. La prochaine équipe devra, quelle qu'elle soit, le revisiter pour y intégrer ses projets qu'elle aura fait avaliser par les électeurs.
En fait, tout le monde s'en fout. Le débat va porter sur le bilan de 7 années de mandat. Faible hausse de l'imposition (5 %), maîtrise de la dette, stabilisation des dépenses et forts investissements, défend Yvon Deschamps ; Pas du tout, rétorque l'opposition, sans la vent des immeubles Grolée, l'augmentation aurait été de 11 %. De plus les dépenses de fonctionnement dérapent. C'est l'effet ciseaux : plus l'investissement s'accroît, plus le fonctionnement coûte cher.

Depuis la fusion de la droite, l'opposition joue toutes les balles et se repasse la raquette. Lionel Lassagne cède la parole à Amaury Nardone. Tout le positif du bilan, c'était inspiré du programme Millon, selon lui : les Vélo'V, les berges du Rhône, la Cité Internationale. Mais échec sur l'action sociale, sur l'absentéisme du personnel municipal. La Ville a perdu le cancéropôle, elle vient de perdre le salon Lyon Mode City. Rien n'a été fait à l'international, le Davos social était un flop. Nardonne a des mots très durs : " Compte tenu de votre inexpérience et de votre manque d'envergure ", " vous êtes un mystificateur ".

Collomb défend tout. Sa gestion, ses chantiers. Il parle de la place de Lyon dans les sommets internationaux. Du réseau d'Eurocités. Du développement économique. Sa majorité renchérit. Les Verts sur le développement durable. Le PRG sur le sport. Les communistes attaquent le gouvernement. Et finalement tous attaquent le projet Perben.

Des légumes laïcs
Des menus sans viande dans les cantines scolaires. Garantis équilibrés par les diététiciennes maison. Le problème, selon Yves Fournel, adjoint chargé de la petite enfance, c'est que dans certaines cantines, 30 à 40 % des élèves ne prennent pas de plat principal, parce que la viande n'est pas conforme à leurs préceptes religieux. Désormais, ils auront le choix entre avec ou sans viande, à qualités nutritionnelles égales. Solution trouvée après concertation avec des associations comme la LICRA (huées du côté des Millon) et des représentants des différentes confessions. Dommage, regrette Patrick Huguet (UMP), on est passé à côté d'un vrai débat sur la laïcité.

Des Jacobins siliconés
La fontaine des Jacobins se meurt. Les moulures sont rongées par l'eau qui suinte des fissures. Les visages des personnages sont peu à peu recouverts de moisissures. Etienne Tête (Vert), adjoint aux marchés publics, a présenté un plan de sauvetage de la fontaine. Avant d'entamer la restauration, une étude préalable de faisabilité devait être soumise au vote.
" Trop tard ! " s'exclame Denis Broliquier, maire milloniste du 2e arrondissement. " Les statues sont en train de s'altérer. On ne pourra pas sauver les visages. " Il affirme pourtant avoir alerté le maire à plusieurs reprises depuis 5 ans. Il aurait même proposé qu'une entreprise spécialisée comble les fissures au silicone. Propositions à chaque fois repoussées.
Gilles Buna, chargé de l'urbanisme : " Déjà en 1992, des altérations avaient été constatées. Vous devriez vous féliciter qu'enfin une municipalité s'en occupe. " Il n'y a pas que les Jacobins, la fontaine des Terreaux aussi : " Quand on l'a déplacée, on savait déjà qu'elle était malade. Elle a des prothèses. " explique-t-il. Prothèses en silicone ? Le jeu de mot jette un trouble dans l'assemblée. Buna précise : " Au cou ! C'est au cou qu'elle a des prothèses ! "
La fontaine sera réparée dans le cadre global de la réfection de la place des Jacobins. Le projet doit être présenté mercredi 19 décembre.

PETITES PHRASES
Pourquoi ça les fait rire ?
Lionel Lassagne (UMP) à Gérard Collomb : " Vous avez serré la main de Bill Gates, mais pour le reste, c'est plutôt faible ". Rires.

Brolik tecktonik ?
Denis Broliquier, (maire Millon du 2) critique la politique événementielle. Gérard Collomb " Monsieur Broliquier, si vous étiez à la tête de l'évènementiel, je ne suis pas sûr que ce serait particulièrement fun ". Pourtant, Broliquier en tecktonik, ça le ferait.

Secret professionnel
Jean-Michel Dubernard (UMP), ex adjoint chargé de finances sous Barre, rend hommage à Yvon Deschamps, chargé des finances sous Collomb : " Je sais que l'adjoint fait un travail difficile à la demande du maire " Gérard Collomb : " pourquoi ? vous avez souffert quand vous étiez adjoint ? ". Pas de réponse de Dub.

Des voix impénétrables
Rémi Hanachowicz (Millon) à Etienne Tête (Les Verts) " Dans cette enceinte, je ne suis pas avocat mais conseiller municipal, comme vous dans cette enceinte vous n'êtes pas gynécologue " Rires soutenus. Etienne Tête ne rechigne jamais à fourrer son nez dans les affaires des autres.

Aimer à perdre la raison
Gérard Collomb n'en finit pas de vanter son bilan. Deux fois il en profite pour vendre son nouveau site de campagne : " sur aimerlyon.com il y a tout le bilan ". C'est le tour de Patrice Beghain pour la culture, à l'opposition : " Vous n'avez pas demandé d'intervention, c'est que vous trouvez que le bilan est bon ". Erick Roux de Bézieux : " tout est dans aimerbeghain.com ".

AM, PG

à lire également
Lors de son passage au ministère de l’Intérieur, Gérard Collomb a été sanctionné de la moitié de ses indemnités de conseiller métropolitain à cause de son absence. Une “amende” qu'il a compensée en trouvant une nouvelle source de revenus au sein du Sepal. Le maire de Lyon aura ainsi reçu 9149€ en 2018 dans un syndicat mixte où il ne siégeait pas.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut