Budget régional : la bataille continue entre Wauquiez et l'opposition

Entre la majorité de Laurent Wauquiez et l’opposition au conseil régional, les échanges de ce jeudi sur le bilan économique 2016 et le vote du budget pour 2017 ont été vifs. D’un côté, le président de la région persiste et signe dans sa volonté de faire des économies, sans toutefois apporter à l’opposition les réponses attendues depuis bientôt un an sur la manière dont ces dernières sont faites.

L’ambiance est passablement tendue ce jeudi à l’Hôtel de région. En cause, le bilan économique de l’année 2016 et les débats sur le budget pour l’année 2017 qui se tiennent en assemblée plénière. Avant d’entamer le sujet de la discorde, Laurent Wauquiez, le président LR de la région, regrette “la posture caricaturale de l’opposition, qui ne veut pas travailler de manière constructive avec la majorité”. Le ton est donné.

Etienne Blanc, vice-président délégué aux finances, commence par vanter l’inversion des courbes opérée cette année : “Nous avons économisé 75 millions d’euros sur nos frais de fonctionnement et dans le même temps augmenté de 800 millions d’euros les investissements de la région dans nos territoires”. Il souligne le respect de la promesse de campagne de ne pas créer de nouvel impôt, ni d’augmenter ceux existants. À cette occasion, Etienne Blanc en profite pour tacler l’ancienne majorité en rappelant que “l’exécutif socialiste avait augmenté au maximum légal les différents impôts et taxes, comme la TICPE" (taxe sur les produits énergétiques, ndlr). Laurent Wauquiez lui emboîte le pas en critiquant le “laisser-aller sur le train de vie de la Région pendant les années Queyranne” sous les applaudissements des membres de sa majorité. Il vante également les réorganisations de service et un contrôle accru des opérateurs de la région par son administration, ce qui a grandement participé aux économies effectuées en 2016 selon lui, au prix d’un certain malaise chez les syndicats qui avaient appelé à la grève le 7 novembre pour protester contre la politique interne menée par le nouvel exécutif.

“Personne ne connaît vos choix”

La présentation des orientations budgétaires 2017 n’a pas donné lieu à de grandes annonces ou à un plan détaillé, mais plutôt à un discours de continuité. L’objectif de ne pas augmenter les impôts est maintenu, le plan d’économie de 75 millions d’euros est reconduit pour l’année prochaine ainsi que le plan de relance par les investissements publics de 800 millions d’euros. Les élus de l'opposition critiquent en chœur le fait de ne pas être mieux informés de la ligne politique qu’entend mener Laurent Wauquiez. Jean-François Débat, président du groupe Socialistes, Démocrates, Écologistes et Apparentés, ouvre la charge en dénonçant un manque de projet politique. “Personne ne connait vos choix ” assène-t-il. Cet argument sera repris par l’ensemble des partis d’opposition.

Cécile Cukierman (Parti Communiste) souligne ainsi que les frais de fonctionnement visés par l’exécutif ne concernent pas seulement les dépenses internes à l’administration, mais surtout les partenariats desquels la Région se désengage. Selon l’élue, la politique de rigueur budgétaire affecte notamment “les tarifs sociaux dans les transports, le pass contraception-prévention, la dotation des lycées et de nombreuses associations qui n’ont plus les moyens de travailler correctement”. L’élu frontiste Charles Perrot appuiera ces critiques en demandant plus de précisions sur le plan d’économies annoncé. Sarah Boukaala, du Parti Radical de Gauche, conclura par un cinglant “les économies ne peuvent être votre seul objectif, il faut un projet politique derrière”. Pour répondre à l’ensemble des critiques, Laurent Wauquiez assène que l’Etat n’a pas encore voté le budget alloué aux régions pour 2017 et qu’il n’a donc pas toutes les données économiques en main. Pour clôturer la séance et sans donner plus de détails, Laurent Wauquiez se contentera de marteler qu’“aucune augmentation d’impôts, voilà un projet qui parle aux Auvergnats et Rhônalpins”.

Faire défiler vers le haut