Brexit : l'occasion d'un sursaut pour les élus de la région

Après la réaction du maire de la ville de Lyon , Gérard Collomb, qui considère que le Brexit "doit être l’occasion d’un nouveau départ pour les Européens" plusieurs élus originaires de la région se sont exprimés.

Philippe Meunier, député de la 13 ème circonscription du Rhône et cofondateur de "La droite populaire", a considéré qu'"il est grand temps de retrouver une construction européenne respectant la souveraineté des Etats". Selon le secrétaire de la commission de la Défense nationale et des forces armées, "depuis des années, la "nomenclatura Bruxelloise" impose aux peuples un modèle qu'ils rejettent. Pour avoir ignoré, pour ne pas dire méprisé les peuples, les britanniques infligent à cette "pseudo-élite européenne" une "gifle" qui fera date". Il appelle les responsables politiques à tirer les conséquences de ce vote et à mettre fin à "cette course au fédéralisme".

L'ex-conseillère régionale de Rhône-Alpes "Les Républicains" aujourd'hui députée européenne et vice-présidente du groupe du Parti populaire européen (PPE), Françoise Grossetête, "regrette la décision" d'une sortie de l'union européenne de la Grande Bretagne et précise qu'il faut "respecter ce choix souverain." Elle incite le parlement européen à "être ferme" et à "veiller à ce que les négociations de sortie se fassent le plus rapidement possible afin que l’Europe, qui est confrontée à des défis majeurs, ne rentre pas dans une phase de paralysie." Comme Gérard Collomb, elle considère qu'"il n'y a pas d'autres choix que d'aller de l'avant" et appelle la France et l'Allemagne en particulier à "être à la hauteur de ce moment historique pour donner un nouveau souffle au projet européen".

"Le symbole d'une Europe en crise"

Pour la vice-présidente du parlement européen et ex-adjointe au maire de Lyon, la socialiste Sylvie Guillaume, "c'est une mauvaise nouvelle" : "le départ du Royaume-Uni constitue une perte pour l’Union et le symbole d’une Europe en crise. C’est l’échec d’une Europe exclusivement dédiée au marché intérieur. L’heure doit être à la refondation pour renouer avec la vocation d’origine de l’Union, assurer la démocratie et le respect de valeurs, la prospérité, la liberté et la paix par la solidarité".

Pour la députée européenne EELV, Michèle Rivasi, ex-députée de la Drôme,"c'est la fin du rêve européen des pères fondateurs, dévoyé par une dérive libérale". Elle appelle à la réinvention d'une "Europe qui protège face au poids des lobbys et à la perte des acquis sociaux. Face à une Europe forteresse qui renvoie l'Angleterre vers le grand large, refondons une Europe citoyenne, écologique et solidaire."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut