Bret va-t-il virer les Verts de sa majorité ?

Le maire de Villeurbanne est tenté de mettre sa menace à exécution et retirer sa délégation à Béatrice Vessiller, sa 2e adjointe. Celle-ci s'était maintenue au second tour de la cantonale partielle, contrairement à son souhait. La pression ne cesse de monter entre les Verts et le PS.

Le sort de Béatrice Vessiller parait scellé. Le maire veut retirer sa délégation à sa 2e adjointe, chargée des déplacements urbains et de la voirie. Il envisage même d'appliquer cette sanction à l'ensemble des élus Verts de la municipalité. La raison : le maintien de la candidate écologique au second tour des cantonales.

Un signe de nervosité du PS ?

Le maire n'a pas ménagé ses efforts pour faire pression sur son adjointe : le 6 juin au téléphone, au soir des résultats, et le 7 juin en tête à tête, il l'a appelée au "désistement républicain". Une formule d'ordinaire utilisée pour faire barrage au FN. Fallait-il y voir un signe de nervosité face aux incertitudes d'une élection qui paraissait au départ promise aux socialistes ? Pas seulement, puisque l'édile mettrait à présent sa menace à exécution, alors même que son poulain a été élu conseiller général.

Bret ne voulait pas laisser aux électeurs de droite le soin de trancher entre les deux candidats de gauche. Surtout si c'était pour faire barrage à son candidat. Un scénario qui a failli réussir : Richard Llung ne l'a emporté que par onze voix d'avance. Les écologistes envisagent d'ailleurs, au vu de ce faible écart, de déposer un recours devant le Conseil constitutionnel. Le candidat PS a constaté une mobilisation en faveur de Vessiller dans les bureaux de vote favorables à la droite. "Le PS a gagné seul contre tous", en conclut-il.

Un militant PS : "ils veulent nous bouffer"

Comment expliquer que le maire de Villeurbanne qui avait su composer une majorité solidaire et cohérente avec les écologistes menace de la dissoudre au moment même où les écologistes n'ont jamais été aussi puissants à Villeurbanne : 21,6 % aux européennes, 18,2 % aux régionales et 22,7 % au 1er tour de la cantonale partielle ? Sa position peu démocratique semble avoir été mal comprise. "La stratégie des Verts nous pose questions : ils se sont alliés à nous quand ils étaient faibles et veulent à présent vouloir nous bouffer", décrypte un militant socialiste."On ne peut pas jouer contre son camp et revenir ensuite dans le collectif comme si de rien n'était", expose Bret. Pour le maire, Vessiller fait preuve d'ingratitude, elle qu'il a souvent défendu. "Je n'ai pas mégoté mon soutien dans des dossiers publics pour la mettre en avant", glisse-t-il.

"Bret se crispe, il dramatise. C'est une attitude complètement irrationnelle", réagit Béatrice Vessiller. "Je pense qu'il va réfléchir", estime-t-elle toutefois. Si la sanction était prononcée à l'égard de leur tête de file, les Verts pourraient décider de quitter de leur propre chef la majorité municipale. A moins qu'ils ne soient tous débarqués : le maire souffle qu'il préfère une décision collective à une mesure stigmatisant une seule personne. Pour l'heure, il consulte, se donne le temps de la réflexion. La décision ne devrait tomber que vers la fin de la semaine.

L'affaire pourrait cependant se régler à un niveau supérieur : les instances nationales d'Europe Ecologie sont sur le point de réagir. Côté socialiste, plusieurs responsables nationaux ont pris langue avec Bret. Martine Aubry devrait le joindre ce lundi après-midi. Au moment où la Première secrétaire du PS s'emploie à rassembler la gauche en vue de la présidentielle, une telle cassure pourrait faire désordre.

à lire également
Laurent Wauquiez 10.16 région 2
Dans l'hypothèse où l’élection présidentielle aurait lieu ce dimanche, Laurent Wauquiez n'obtiendrait que 8 % des voix selon un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, Sud Radio et CNews. Emmanuel Macron, lui, est le président le plus populaire après un an de mandat depuis Jacques Chirac en 2003. C'est une petite claque pour Laurent Wauquiez. Le président […]
14 commentaires
  1. Chlorophyle - 14 juin 2010

    Grande confusion au sein du PS Villeurbannais.Ils ont senti le vent du boulet, et au lieu de se tourner vers les électeurs pour tenter de travailler sur un projet capable de convaincre, ils préfèrent se replier sur eux-mêmes et condamner leurs partenaires.Avec ces réactions de petits 'barons' qui croient qu'un 'territoire' leur est acquis définitivement (il y a les mêmes à Lyon), il sera difficile pour eux de retrouver leurs marques.Le camp des idées nouvelles est chez Europe Ecologie... Les électeurs ne s'y trompent pas.

  2. Lugdunum - 14 juin 2010

    @ Chlorophyle :toujours la même logorrhée : 'idée nouvelle', 'politique autrement, 'ps hégéonique'...Comment pouvez-vous tenir ce discours alors même que vous ne savez même pas ce que va devenir Europe Ecologie, que votre dernier congrès, a, enfin montré le vrai visage de votre rassemblement. A savoir des querelles de personnes, et AUCUNE ligne politique et idéologique claire !Quand on se penche un peu sur les méthodes employées par Madame Vessiller durant cette campagne, je crains que vous ne puissiez revendiquer l'appartenance au camp des 'idées nouvelles' ? Mais de quoi parlez-vous ?Assimiler l'UMP au PS ? Attaquer de manière virulente des personnes qui lui avaient fait confiance au sein de la majorité municipale ?...Quid de l'attitude des Verts si la situation avait été inverse : à savoir si Madame VESSILLER était arrivée en tête. Quelle aurait été votre réaction si M. LLUNG s'était maintenu ?Vous auriez crié au scandale, et auriez invoqué à juste titre le principe de solidarité, l'union de la gauche etc...Que d'hypocrisie. On ne peut pas être avec le PS pour obtenir des places sur une liste en 2008 et 2 ans plus tard vouloir le mettre en échec lors d'une élection cantonale alors que son candidat est arrivé largement en tête au premier tour.Bien heureusement, madame Vessiller est un cas particulier, et les élus d'Europe Ecologie ne sont pas atteint de la même irresponsabilité...

  3. Lugdunum - 14 juin 2010

    PS : vous parlez de 'grande confusion', je crains que, justement, elle ne soit une réalité chez les Verts villeurbannais qui sont aujourd'hui encombrés d'une élue qui a délibérément brisé les principes élémentaires de solidarité entre partis d'une même majorité dans une ville.Des voix anti-Vessiller ne vont pas tarder à s'élever, c'est la règle chez les écologistes...et vous le savez pertinemment.

  4. Marco F. - 14 juin 2010

    Le camp des 'idées nouvelles' , quel programme ! On dirait un vieux slogan des années 80. C'est plus de la langue de bois, c'est de la langue de bûche.J'invite les internautes à visiter le lien ci-dessus... ils comprendront d'eux-même qu'Europe Ecologie est tout sauf le 'renouveau' de la politique, d'ailleurs toutes ces formules sont d'une démagogie...D'accord avec M. Placé, l'évolution d'Europe Ecologie est un bide. et parfois même une fumisterie quand on voit les méthodes d'élues comme Madame Vessiller.D'ailleurs, Chlorophyle n'a toujours pas expliqué comment il/elle jugeait les censures systématiques des commentaires postés sur le blog de Madame VESSILLER ? Vous trouvez ça normal ?!

  5. Marco F. - 14 juin 2010

    le lien...

  6. Grand Lyonnais - 14 juin 2010

    Normal, une équipe c'est une équipe. Ca vit ensemble ça se bat ensemble, éventuellement ça crève ensemble. Quand on sort, c'est Out !! terminé, dehors !! on joue solo. C'est autorisé aussi on a le droit d'aller devant les électeurs. Mais le beurre et l'argent du beurre : Niet !!!

  7. Chlorophyle - 14 juin 2010

    @ Lugdunum :Des personnes pour critiquer Béatrice Vessiller, chez les Verts ou ailleurs, vous en trouverez toujours. Autant que pour beaucoup d'autres personnes qui comptent en politique.Par contre, vous ne pourrez pas lui enlever son courage, en particulier au Sytral, où elle porte depuis plusieurs années la voix la plus claire pour réclamer des comptes à Rivalta et à ses alliés. Et ça vous arrange bien au PS de voir Béatrice Vessiller monter au créneau à votre place, malgré les pressions et les intimidations. Le courage, en politique, c'est une vertu importante et loin d'être partagée par tous !Quant à la question des désistements, il me semble que tout désistement se produit en général quand il y a soit une liste opposée qui est en tête et qu'il y a possibilité de triangulaire ou de quadrangulaire, soit lorsqu'il y a fusion et accord préalable sur un programme commun. Quelle idée saugrenue de réclamer - que dis-je ? d'exiger - que votre concurrente s'efface au second tour lorsqu'il n'y a que les deux premiers qui sont qualifiés ! Sans doute la motivation est-elle de ne pas voir à quel point le vote PS est affaibli par vos bisbilles internes depuis de longues années. Le Conseil Général compte un peu plus de 50 sièges, et étrangement, il n'y a qu'un seul écologiste, alors qu'une répartition proportionnelle sur le Rhône voudrait qu'Europe Ecologie en ait au moins 8. Tout cela grâce au scrutin majoritaire, qui partage les places entre les gros partis. Je suis surpris que cette injustice ne vous ait pas choquée et que vous n'ayez pas de vous même souhaité rétablir un peu la justice en ne présentant pas de candidat. ;-)Alors oui, on peut parler de 'politique autrement' ! 🙂

  8. Lugdunum - 14 juin 2010

    Oui, ça, je vous l'accorde si elle n'avait pas trainé dans la boue Bernard RIVALTA, elle n'existerait pas politiquement +1 pour vous !Mais ce me semble être son seul fait d'arme...S'opposer au PS n'est pas un programme. Vouloir des sièges pour vouloir des sièges non plus...Le fait est qu'Europe Ecologie n'a pas de ligne politique claire. Et qu'au delà de se dire 'plus écolos' que tout le monde, enfin...plus dogmatique, vous n'êtes d'accord sur rien.Et se présenter devant les électeurs avec pour argument principal : le PS a trop de sièges ou 'on veut plus', ça n'est pas acceptable. Surtout après l'attitude d'Europe Ecologie pendant les régionales...Attitude qui n'a visiblement pas porté ses fruits puisque, je vous le rappelle, Vous deviez prendre au moins 4 régions au PS...foulant au pied les bilans communs des deux partis.

  9. Grand Lyonnais - 14 juin 2010

    ben non Chloro. quand PS et PC sont au 2e tour des législatives et que le PC est sortant sur la circo le PS se retire sinon les députés PC auraient disparus depuis longtemps.L'UDF et l'UMP faisaient pareil

  10. Chlorophyle - 14 juin 2010

    C'est donc bien notre différence par rapport au PS, au PC et au PRG : nous ne cherchons pas des 'sièges' avant tout, mais à défendre des idées et à avoir la marge de manœuvre pour les appliquer... C'est aux électeurs que nous devrons notre légitimité. Mais j'ai l'impression que vous allez mettre un peu de temps pour apprendre à partager, et que nous risquons d'avoir cette discussion encore quelques temps.

  11. Grand Lyonnais - 14 juin 2010

    Chlorophyle on a dit que c'était un débat sérieux la si tu commences avec les blagues sur les sièges on reparle de la négo des régionales. Qu'est ce qu'il est bon le Chloro quand même trop drôle !!

  12. Yvan, de Lyon - 14 juin 2010

    C'est dans la difficulté, que l'on voit la vraie nature humaine, grâce ou a cause de 11 électeurs...Électeurs déterminants...Les primaires de 2011, vont être une vraie partie de plaisir et de franche rigolade !

  13. caro - 15 juin 2010

    les élus d'europe écologie les verts sont derrière, devant, autour de Béatrice Vessiller, ils ont dit que si on lui retirait sa délégation, ils quitteraient TOUS la majorité ! à regret bien sûr car l'équipe municipale n'étant pas entièrement reflétée par l'opinion du maire, heureusement, des élus souhaitent continuer à travailler en toute intelligence avec les verts EE au sein de la même équipe municipale. se feront-ils entendre ?je vois que les 'attaques' contre béatrice vessiller ne reposent sur aucun fondement dans son travail et pour cause ! quand à la campagne, du coté europe écologie-les verts, elle a été d'une transparence et d'une intégrité que rien de concret n'est avancé non plus à part toujours ce maintien au second tour !! qui est plutôt signe de vertu démocratique ! lugdunum lorsqu'il dit que béatrice vessiller à 'trainé dans la boue' bernard rivalta!!! nous aide à mieux comprendre sa vision de la politique... si 'trainer dans la boue' veut dire faire respecter la loi pour lui ... si bernard rivalta avait remboursé les sommes demandées à 2 reprises déjà (et il refait encore appel) par les tribunaux, tout serait revenu dans l'ordre depuis longtemps. il faut peut-être lui dire lugdunum, ainsi vous pourrez espérer qu'on parlera moins de béatrice vessiller !! a cette occasion, on peut remercier aussi les élus socialistes qui ont apporté leur soutien à béatrice (au précédent mandat) dans les couloirs du sytral, lui glissant à l'oreille vas-y béatrice... mais ils étaient où quand elle se faisait laminée en comité syndical ? c'est vrai que Rivalta 'emmerde tout le monde'!! et oui c'est ça la politique autrement ! c'est aussi prendre le risque de ne plus être vice présidente au grand lyon parce qu'en désaccord avec les barons du ps (rivalta, collomb) alors qu'on y faisait un super boulot, c'est risquer sa délégation d'adjoint alors que sa valeur est reconnue (le maire lui même le reconnait'je n'ai pas mégoté on soutien ....') ce qui compte c'est que EUROPE ECOLOGIE LES VERTS, mouvement en pleine organisation et animé de vrais débats, trouve enfin la représentation qu'il mérite au vu des ses résultats, et c'est pourquoi nous serons présents en mars 2011 avec plein d'espoir !

  14. caro - 15 juin 2010

    à propos de l'exemple de rambouillet cité mainte fois par JP Bret, Richard Llung et même Yasmina salhi (mais est-ce même elle qui a écrit sa lettre de soutien !): rien à voir c'était une législative, avec le risque de faire gagner la droite !! ils ont vraiment tout mélangé ! Recomptage à Rambouillet A Rambouillet, on votait pour élire le successeur de Christine Boutin, qui avait renoncé à son siège de député après avoir été évincée du gouvernement en juin.Alors que celle-ci avait été élue avec plus de 58% des suffrages en 2007, le candidat UMP Jean-Frédéric Poisson n'a devancé la candidate des Verts Anny Poursinoff que de 5 voix. Les bulletins ont été recomptés et la victoire du candidat UMP annoncée seulement lundi matin.Anny Poursinoff avait devancé de huit points la candidate socialiste au premier tour.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut