Fouziya Bouzerda

Bouzerda obtient de Collomb ce que Havard lui refusait

Fouziya Bouzerda rejoint bien Gérard Collomb en vue des municipales de mars 2014. L'élue centriste nous l'a confirmé ce mardi soir. Pour le maire de Lyon, il s'agit de sa première vraie prise de guerre. Dans la nouvelle génération, Fouziya Bouzerda fait partie des élues les plus talentueuses. Les centristes crient, eux, à la trahison.

Le Progrès l'annonçait en début de soirée, l'intéressée l'a confirmé à Lyon Capitale : Fouziya Bouzerda sera bien présente sur les listes de Gérard Collomb. Cette après-midi, son nom provoquait encore des blocages dans les négociations entre l'UDI et l'UMP. Pendant que Christophe Geourjon, le leader des centristes lyonnais, tentait de lui trouver une place acceptable, Fouziya Bouzerda discutait avec Gérard Collomb. D'après nos informations, elle figurera en deuxième position dans le troisième arrondissement, derrière le socialiste Thierry Philip.

Derrière Thierry Philip dans le 3e

Dans les négociations entre l'UDI et l'UMP, Michel Havard s'était montré inflexible sur ce point. La deuxième position devait revenir à la député européenne Nora Berra. Fouziya Bouzerda au nom de la parité aurait hérité, au mieux, de la 4e place. Une position qui n'aurait pas forcément été éligible si la droite avait perdu l'arrondissement, comme en 2008. Pour l'élue qui secondait Dominique Perben lors des dernières municipales dans le 3e, la quatrième place sonnait comme une relégation. En compensation, la tête de liste du 9e lui avait été proposée par Michel Havard. Elle l'avait refusée estimant que son engagement était dans le 3e et nulle part ailleurs. Quant à la dernière proposition en date de Michel Havard, la seconde place dans le 8e, elle est devenue caduque en milieu d'après-midi.Les négociations entre Gérard Collomb et Fouziya Bouzerda sont dans le fond de l'air politique lyonnais depuis des mois. Le ralliement de l'élue centriste ne constitue pas une surprise majeure.

Une trahison pour l'UDI

Comme son chef de file Christophe Geourjon, Fouziya Bouzerda pratiquait une opposition constructive et donc non systématique mais même ses dernières prises de position la plaçaient dans l'opposition. Ainsi sur le comité de soutien de Gérard Collomb, elle n'hésitait à critiquer le maire de Lyon. "Je me suis toujours élevée contre le flou, les conflits d'intérêts. Quelle valeur a le soutien de gens qui ne sont rien sans la ville ? Si le maire socialiste de Lyon reçoit l'appui d'un gros industriel bien placé, oui c'est un beau coup. Le comité de soutien n'est pas la plus belle étape de sa campagne. Je trouve choquant que Serge Dorny, Guy Darmet ou Vincent Carry en fassent partie. Gérard Collomb n'a pas besoin d'un comité de soutien, il est suffisamment bien identifié. Les Lyonnais connaissent son nom et tout ce qu'il a fait n'est pas mauvais", nous confiait l'élue il y a dix jours. "J'attends d'entendre les explications de Fouziya. Si elle rejoint vraiment Gérard Collomb, elle nous trahit mais elle trahit surtout six années de travail dans une opposition ferme et déterminée à Gérard Collomb", estime Marc Augoyard, conseiller communautaire centriste.

Collomb est plus fréquentable que Broliquier pour Bouzerda

Le ralliement de Fouziya Bouzerda au maire de Lyon ne constitue pourtant pas une trahison pour l'UDI. L'élue du 3e arrondissement n'a jamais adhéré au parti de Jean-Louis Borloo. Elle est restée fidèle au Modem. Une position qu'elle lie directement à l'irruption dans les rangs de l'UDI de Denis Broliquier dont elle n'arrive pas à décoller l'étiquette de "milloniste". Elle fait aussi partie des élus qui ont refusé la fusion des groupes Lyon Divers Droite (Denis Broliquier) et centristes au conseil municipal comme au Grand Lyon. Derrière le départ de Fouziya Bouzerda, certains proches de Michel Havard voient la patte de Michel Mercier. "Elle n'a pas assez de poids politique pour prendre seule ce type de décision", note un élu UMP. Depuis des semaines, une rumeur accompagne les tractations UMP/UDI : en sous-main Michel Mercier monterait une liste centriste qui rallierait Gérard Collomb, son compère de création de la métropole. Le nom de Fouziya Bouzerda revenait inlassablement pour mener cette liste.

"Je suis flatté que le maire de Lyon reconnaisse mon talent"

Il y a dix jours, elle nous répondait sur les tentatives de débauchage dont elle faisait l'objet de la part de Gérard Collomb : "Il y a beaucoup de fantasmes autour de ce que je pourrais faire. On m'a sollicité mais je n'ai pas de visibilité sur ce que je peux faire et avec qui. Je n'ai jamais pris en compte les offres qui ont pu m'être faites. Je suis une pragmatique et je n'ai pas encore vu d'offres. Je suis flattée que le maire de Lyon reconnaisse mon talent. Il le voit peut-être mieux que certains de mes alliés potentiels". Maintenant, c'est sûr, le "peut-être" n'est plus de rigueur. L'offre de Gérard Collomb était supérieure à celle de Michel Havard.

2 commentaires
  1. Robes Pierre - 4 décembre 2013

    ceci est une femme de conviction, et elle le prouve, n'ayant trouvée l'assurance d'un poste à droite elle vire à gauche, le tout avec le sourire de ceux qui se rendent compte qu'ils vont vous duper, (le verbe à utiliser est trop grossier).

  2. Sophie_Lyon - 4 décembre 2013

    Nora Berra n'a pas assez de son mandat d'élue européenne ? ces discussions de marchands de tapis pour obtenir des postes est écoeurante; ouvrez donc les listes aux lyonnais, aux jeunes, à ceux et celles qui voyagent en TCL toute l'année, ça fera une bouffée d'oxygène en politique. Pendant toutes ces semaines de négociations et tractations qui s'occupe des dossiers ( les vrais ) ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut