Auvergne-Rhône-Alpes : le “SOS” des ONG après la baisse des subventions

Dans une lettre ouverte adressée hier à Laurent Wauquiez et rendue publique ce mardi à la presse, 29 ONG de la région Auvergne-Rhône-Alpes ont lancé un “SOS ” au président du conseil Régional suite à la baisse de 50 % de leurs subventions.

Cette tribune c'est un SOS”, annonce d'emblée Fréderic Apollin directeur d’Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) après la baisse de 50 % de leurs subventions. Soit une perte d'environ 5 millions d'euros pour les ONG, leurs subventions étant passées de près de 11 millions d'euros par an à 5,4 millions.

Durant sa campagne, le candidat Les Républicains avait été clair sur ce point, il avait annoncé ne plus vouloir “subventionner les Indiens d’Amazonie et la démocratie participative en Afrique”. Une vision quelque peu caricaturale, mais qui annonçait la couleur. Une vision que ne contestent pas les signataires de la lettre ouverte même s’ils critiquent la méthode : “Il est légitime pour un nouvel exécutif d’affirmer ses choix et de les traduire dans les politiques publiques, mais les décisions prises depuis janvier, sans évaluation préalable des actions appuyées et sans dialogue aucun avec les acteurs concernés, sont brutales sur la forme et lourdes de conséquences sur le fond”.

“On a eu l'impression de ne pas être écouté par Philippe Meunier”

De fait le dialogue est inexistant ou presque avec les acteurs de la région : “Pourquoi ont-ils rompu un dialogue que nous avons toujours eu ? Certains d'entre nous ont eu des rendez-vous avec Philippe Meunier qui est vice-président aux partenariats internationaux. Mais ces rencontres ont été courtes et frustrantes. On voulait témoigner de notre action passée ainsi que de la façon dont nous voyons notre impact et nos actions pour éclairer au mieux l’exécutif. Mais on a eu l'impression de ne pas être écouté par M.Meunier. Les décisions étaient déjà prises”, regrette le directeur AVSF.

Selon les ONG, le retrait des subventions aura “des conséquences dans la région et sur les territoires partenaires”. Dans la région parce que 20 à 30 emplois seraient déjà concernés par des fermetures de postes nous a indiqué une source proche du dossier. En effet si les plus grosses associations sont seulement “fragilisées” par la baisse des subventions, les plus petites sont “menacées de fermetures” ou dans des situations “dramatiques”. En tout, la coopération internationale mobilise aujourd'hui plus de 100 000 bénévoles et 1500 salariés au sein de ces ONG. “Nous travaillons avec des entreprises des territoires d'Auvergne-Rhône-Alpes sur des activités. Il y aura donc des pertes dans ces structures”, a aussi indiqué aussi Fréderic Apollin.

“Il pourrait y avoir une perte de rayonnement de la région”

Il pourrait y avoir une perte de rayonnement de la région”, explique le président d'AVSF. “La région Rhône-Alpes a toujours été un acteur fort de la coopération qui est connu au niveau international”, poursuit-il. En effet, la région Rhône-Alpes a vu naître sur son territoire des organisations et ONG qui font aujourd'hui référence en France et à l’international comme Handicap International, Bioforce, Agronomes et Vétérinaires sans frontières, Triangle Génération Humanitaire, Forum réfugiés et bien d'autres. “La Région a construit et porté dans la durée des partenariats avec des territoires du Mali, du Sénégal, du Burkina Faso, du Maroc, de Madagascar, du Laos ou encore du Vietnam, avec l’appui des organisations de solidarité internationale qui apportent une expertise reconnue dans de nombreux domaines”, expliquent les ONG.

Aujourd'hui ils ont toujours bon espoir d'être entendus et reçu par Laurent Wauquiez qu'ils avaient déjà sollicité en février, sans réponse de sa part. “Nous espérerons que Philippe Meunier et Laurent Wauquiez nous entendront pour faire un bilan de leurs choix et de l'évolution de leurs choix futur. Nous sommes convaincus que la région ne va pas renoncer à être solidaire sur le territoire et sur le monde qui l’entoure. Il en va de même pour les électeurs. Nous sommes convaincus que Laurent Wauquiez va ouvrir le dialogue”, a conclut avec espoir Fréderic Apollin.

Contacté par Lyon Capitale, l'entourage de Laurent Wauquiez a indiqué qu'il n'avait pas encore reçu la lettre et donc ne souhaitait pas réagir pour le moment.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut