Burkini
© AFP

Arrêté anti-burkini : le maire de Lorette (Loire) condamné

Gérard Tardy, le maire de Lorette avait pris un arrêté anti-burkini le 24 juin dernier avant de se rétracter ce samedi.

Gérard Tardy, le maire de la ville de Lorette, située non-loin de la frontière entre Rhône et Loire, a été condamné ce lundi à 2100 euros d'amende à répartir trois associations. Le 24 juin dernier, il avait pris pris un arrêté, non soumis au conseil municipal, interdisant le port du "monokini, burkini, voile dissimulant partiellement ou totalement le visage, combinaison" dans le plan d'eau de la municipalité. Un panneau avait même été installé à l'entré avec un pictogramme barré représentant une femme vêtue d'un voile. Un arrêté retiré ce samedi rapportait France Bleu Saint-Etienne Loire.

Mais entre temps, trois associations ont porté plainte pour discrimination : la Fédération nationale Maison des Potes-Maison de l'Egalité, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et l'Association d'aide administrative, sociale et de lutte contre les discriminations (ADASLCD). Malgré le retrait de l'arrêté la plainte n'avait pas été enlevée. Ce n'est pas la première fois que Gérard Tardy fait parler de lui. L'an passé il avait fait afficher sur les panneaux de la ville deux messages ou il était inscrit : "Avis, le ramadan doit se vivre sans bruit" et "La république se vit à visage découvert".

à lire également
Quelques instants après la réélection de Gérard Collomb, Nathalie Perrin-Gilbert (GRAM) donnait au nouveau maire de Lyon un discours haut en couleurs. Une semaine après, elle fait le buzz sur les réseaux sociaux.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut