Anne Lorne
© Tim Douet

Anne Lorne : “Il faut arrêter le sectarisme binaire”

Anne Lorne, candidate Les Républicains dans la 1re circonscription du Rhône, est l’invitée de L’Autre Direct.

Lyon Capitale : Au second tour de l'élection présidentielle, François Fillon avait appelé à voter Emmanuel Macron. D'autres n'ont pas donné de consigne de vote. Ç’a été votre cas. Pouvez-vous expliquer ce choix ?

Anne Lorne : Je viens du monde professionnel et je suis quelqu'un de libre parce que j'ai une profession, un métier et je ne suis pas une rentière de la politique. Et cette liberté je la défends pour entreprendre, pour éduquer et aussi pour faire confiance dans le bon sens des Français. La liberté, je la donne aux Français pour faire le bon choix. Nous ne sommes plus à une heure où l'on donne une consigne de vote. C'est le renouveau des méthodes et de la cohérence.

Au FN, certains élus comme Marion Maréchal-Le Pen ont avancé l'idée d'un rapprochement avec certains élus Les Républicains comme Laurent Wauquiez. Considérez-vous qu'il serait possible de travailler avec des élus FN ?

Je crois que vous vous trompez de paradigme. Le sujet aujourd'hui n'est pas de parler des recompositions politiques, mais de porter des convictions en défendant un programme. Sur l’emploi, pour lutter contre le chômage parce qu'il y a six millions de chômeurs, soit un million de plus qu'en 2012. Sur la pauvreté, parce qu'il y a trois millions de pauvres, des gens qui ont travaillé et cotisé toute leur vie et qui ont du mal à vivre des fruits de leur travail. Il y a de vrais sujets que nous portons dans un projet de majorité pour la France, pour gouverner dans un gouvernement d'opposition constructif. Le vrai sujet, c'est de travailler pour redresser la France.

Sur une prochaine loi Travail, vous pourriez travailler avec le gouvernement d'Emmanuel Macron et sa majorité ?

Je pense qu'aujourd'hui il faut arrêter le sectarisme binaire et je crois qu'il faut être capable de voter les lois quand elles vont dans le sens de l’intérêt général et amender ou voter contre les propositions qui sont contraires à nos convictions, au projet que nous proposons ou à notre conscience.

Retrouvez l’intégralité de notre entretien avec Anne Lorne dans la vidéo ci-dessous.
à lire également
Thomas Rudigoz
Les membres du Bastion social ont réalisé une action coup-de-poing le mercredi 20 janvier en déployant une banderole sur le toit de l’association Forum Réfugiés à Lyon. Thomas Rudigoz, député LREM de la 1ère circonscription du Rhône, a fermement condamné cette opération et appelle à la “dissolution de ce groupuscule d’extrême droite”. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut