A Lille, Emmanuelle Cosse ne voulait pas du binôme EELV-PG sur scène

Jean-Charles Kohlhaas et Corinne Morel-Darleux ont été grandement applaudis à leur montée sur scène, pour les Journées d’été d’EELV. La secrétaire nationale du parti écologiste ne voulait pourtant pas que la porte-parole PG de la liste monte sur scène.

A l'applaudimètre, c'est la région qui a reçu l'accueil le plus bruyant, jeudi soir, lors de la présentation des différentes têtes de liste EELV pour les élections régionales.

Peut-être parce que Jean-Charles Kohlhaas, tête de liste, et Corinne Morel-Darleux, porte-parole Parti de gauche du rassemblement, étaient le seul binôme régional présent aux Journées d'été d'EELV, à monter sur scène.

Et pourtant, ce n'était pas gagné. Dans la journée, la secrétaire nationale Emmanuelle Cosse découvre le programme et se rend compte qu'une candidate du Parti de gauche sera sur scène aux côtés des têtes de liste écologistes des régionales.

"C'est elle ou moi", a lancé celle qui conduit une liste en Ile-de-France. Finalement, tout est rentré dans l'ordre et les deux sont montées sur scène. Pas ensemble, toutefois, puisque les candidats se succédaient trois par trois.

"Il était surtout question de ne pas se retrouver sur scène avec des têtes de liste dans les régions où les discussions entre EELV et le Parti de gauche sont encore en cours, parfois même en mauvaise voie", précise Jean-Charles Kohlhaas, qui a insisté sur le socle citoyen et associatif sur lequel se base ce rassemblement.

Un socle citoyen et un soutien militant qui tranchent avec les réactions des instances dirigeantes des partis, d'un côté comme de l'autre. En témoignent les propos de Jean-Luc Mélenchon dans Sud-Ouest ce vendredi, qui dénonce “une annexion” avec des Verts “sectaires” et qui appelle ses amis à ne pas participer à ces accords.

à lire également
Interview - Candidat dissident à l’élection métropolitaine de Lyon, David Kimelfeld se retrouve parfois ramené à sa relation avec La République En Marche. Interrogé par Lyon Capitale, il détaille sa position avec le parti d'Emmanuel Macron et où il se situe par rapport à LREM avant le premier tour des élections.  
Faire défiler vers le haut