Thierry Philip
©Tim Douet

Pollution : “première nationale” à l’école Servet de Lyon

Thierry Philip ()

©Tim Douet

Suite à la mobilisation des parents d’élèves de l’école Michel-Servet (Lyon 1er), Thierry Philip, vice-président au Grand Lyon, a annoncé ce lundi la mise en place d’une “expérimentation” à la rentrée pour mesurer la pollution de l’air dans la cour de l’école.

L'information a été révélée au détour d'une question au conseil municipal de la ville de Lyon, ce lundi. Alors qu'Arthur Rémy (photo ci-dessous), premier adjoint de la maire du 1er Nathalie Perrin-Gilbert, interrogeait le maire sur "les mesures d'urgence" qu'il comptait prendre à l'école Michel-Servet à la rentrée, Thierry Philip lui a répondu. Le vice-président au Grand Lyon chargé du bien-être dans la ville a indiqué au groupe Lyon Gauche citoyenne et solidaire qu'il ne resterait pas sans rien faire.

Une “première nationale” selon Thierry Philip

ob_c17626_arthur-remy ()

Thierry Philip a annoncé une "expérimentation" à partir de la rentrée prochaine. Une “première nationale” qui pourra "servir de modèle aux autres collectivités", avec l'installation de "nouvelles stations de mesure de la pollution de l'air dans la cour" de l'école. Le groupe scolaire (situé à la sortie immédiate du tunnel de la Croix-Rousse, côté Rhône), en particulier la cour de récréation, pose question quant à la qualité de l'air respiré par les enfants, notamment en matière de particules fines.

Même si, selon une étude citée par l'adjoint, "il n'y a pas d'augmentation des asthmatiques dans cette école" par rapport aux autres écoles de la ville, le Grand Lyon a décidé "de faire le maximum", a annoncé Thierry Philip, à partir de la rentrée prochaine. Les écologistes et le Gram ayant dénoncé l'inaction de la mairie pendant la campagne des municipales, les parents d'élèves avaient eux organisé une manifestation place Chazette, non loin de l'école.

Des mesures d’août à décembre

"Les principales campagnes de mesures supplémentaires auront lieu en août et septembre 2014, en novembre et décembre 2014, du côté de l’école des Entrepôts et du côté de l’école Michel-Servet. Ces mesures permettront de nourrir plusieurs modélisations qui seront réalisées début 2015 avec l’École centrale de Lyon et ainsi, en juin 2015, nous aurons une bonne compréhension de l’état de la pollution dans le quartier mais aussi à l’intérieur des bâtiments, à l’intérieur de chacune des cours de l’école Michel-Servet", a précisé Thierry Philip.

Parallèlement, l'adjoint a promis de veiller au "respect de la limitation de vitesse" dans le tunnel routier de la Croix-Rousse, avec la mise en place de "nouveaux radars" cet automne. "À court terme, nous allons remettre des radars, nous allons veiller au respect des limitations de vitesse", a dit Thierry Philip.

Il a par ailleurs indiqué que la pollution de l'air a "grandement baissé à Lyon depuis dix ans", "le taux de particules PM10 et le NOx [oxyde d’azote] ont respectivement baissé à Lyon de 38 % et de 39 % depuis l’an 2000. Depuis 2004, le taux de dioxyde d’azote [NO2 cette fois] a baissé de 19 %, le taux de particules PM10 de 22 %, le taux de particules PM2,5 de 23 %, le dioxyde de soufre de 83 %, les benzopyrènes de 48 %, mais le nombre de jours où les PM10, c'est-à-dire les particules de taille de 10 microns, sont supérieures au taux autorisé et supérieures à 35, ce qui est la norme européenne", a précisé l'adjoint. Il a indiqué également que le nombre de véhicules dans le tunnel était passé de 47 000/jour avant les travaux, à "39 000" aujourd'hui. Néanmoins, aucun système de filtration de l'air "efficace" n'a été installé, ni dans le tunnel, ni à la sortie, ni près de l'école, dans le cadre de la rénovation de l'ouvrage achevée l'année dernière, a reconnu l'adjoint (lire ici).

Les écoliers associés à l’expérimentation

Le plan d'action contre la pollution de l'air à l'école Michel-Servet a été exposé aux parents d'élèves lors d'une réunion qui s'est tenue à l'école le 2 juillet, en présence des services du Grand Lyon et d'Air Rhône-Alpes, mercredi dernier. L'élu a précisé que les écoliers seraient associés à l'expérimentation et que celle-ci servirait à "proposer des préconisations, des solutions techniques pour améliorer la qualité de l’air que respirent les enfants". La maire du 1er regrette de ne pas avoir été conviée à cette première réunion et indique que son adjointe à l'éducation, Fatima Bechared, s'y est rendue malgré tout. "Nous l'avons reçue", a réagi Thierry Philip, sans polémiquer. Il lui a promis de l'inviter en juin 2015, avec les élus, au moment où le bilan de l'étude sera transmis aux parents. Les parents, d'ici là, seront consultés à nouveau en décembre.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut