NPA : l’opposition de gauche à Queyranne

Les ex-LCR critiquent le bilan de l’exécutif sortant. Ils défendent une politique de gauche alternative, au niveau régional, national et dans la rue.

Conseillère régionale sortante, ex-responsable du PCF, Myriam Combet ne veut plus entendre parler de gauche plurielle. "J’ai quitté la majorité sociale-libérale de Queyranne", clame-t-elle. Elle stigmatise l'argent donné aux lycées privés et aux pôles de compétitivité durant la mandature. " Cet argent a profité à des entreprises qui ont lancé des plans sociaux, comme Arkema ou Renault Truck, tempête Gérard Vaysse, colistier. Il a été distribué au détriment de la recherche publique. De plus, est-ce que Rhodia, Arkema ou l'Institut français du pétrole, principaux pollueurs, sont qualifiés pour parler d’environnement ?". Ces entreprises font partie d’Axelera qui planche sur la chimie de demain.

Myriam Combet critique aussi l'entrée de la Région dans le capital d'Euronews et les 7 millions d'euros accordés à Center Park, pôle de loisirs.

A la différence de Lutte ouvrière, le NPA entend bien porter un discours régional et pas seulement nationale sur la crise du capitalisme. Quelques éléments de programme régional sont brossés, comme la gratuité de tous les transports publics (urbain et TER), le soutien à l'agriculture de proximité, la récupération de l'argent public donné aux entreprises qui licencient, une aide aux travailleurs qui veulent racheter leur entreprise défaillante ou encore l'amélioration de la desserte en transport public des communes de banlieue. "Il est inadmissible que certaines villes comme Saint-Genis-Laval ne soient plus accessibles après 22h30", lance Salim Messad.

Les sujets nationaux reprennent cependant vite le dessus, comme l'opposition au cumul des mandats ou leur engagement en faveur du droit de vote des étrangers à tous les scrutins. Le NPA entend bien aussi prolonger son action dans les entreprises et dans la rue. "Une majorité de gauche ne suffit pas, il faut aussi des luttes sociales", prévient Myriam Combet.

Lire aussi : Sans emploi, SDF et leader NPA

à lire également
Coordinateur du projet Transenvir, Stéphane Frioux et son équipe vont prochainement mettre en ligne un site consacré à l'histoire des politiques de transition environnementale face aux risques environnementaux dans l'agglomération lyonnaise. Entretien avec ce maître de conférences à l'université Lyon 2 et chercheur au laboratoire Larhra. Lyon Capitale : Après la démission de Nicolas Hulot du […]

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut