Julien Ranc
© D.R.

Julien Ranc : “Provoquons l’alternance à Tassin”

À Tassin-la-Demi-Lune, trois candidats se sont déclarés pour les élections municipales de mars prochain. Julien Ranc est l’un d’entre eux. Avec le mouvement politique local “Mieux vivre à Tassin”, il a choisi de présenter une liste de rassemblement face à celle du maire sortant, Jean-Claude Desseigne (UDI), et à celle de l’ancien adjoint aux finances, Pascal Charmot (UMP).

“Nous ne sommes pas une fédération de courants, mais une liste de rassemblement.” En prononçant cette phrase, c’est sur le dernier mot que Julien Ranc insiste. Ce jeune socialiste, responsable de section à Tassin depuis trois ans, est en campagne pour les municipales de 2014. Il mène dans sa commune une liste “sans étiquette” où écologistes, socialistes et Divers droite font équipe.

Le groupe, baptisé “Mieux vivre à Tassin”, est issu de la fusion des trois listes de 2008 – menées par Guy Laurent (DVD), Alain Veysset (sans étiquette) et Paul-Bernard Catelan (Union de la gauche) – qui avaient fait alliance au second tour contre le maire sortant, Jean-Claude Desseigne (DVD).

Bien qu’il ait demandé le soutien de son parti, Julien Ranc veut rester fidèle à l’engagement qu’avait pris alors Guy Laurent : “Nos appartenances politiques n’interféreront pas avec l’intérêt municipal. Notre but n’est pas d’inscrire Tassin au tableau de chasse d’un parti.”

“Trouvons le juste milieu entre ce que veulent les habitants et ce qui est possible”

D’ailleurs, seuls 20 % des candidats sur la liste sont encartés. Les 80 % restants sont des Tassilunois “engagés” qui veulent “provoquer l’alternance”, assure la tête de liste. Une alternance qui sera incarnée par un “retour à l’équilibre”.

“Nous avons assisté à une hypercentralisation de la commune. La majorité des commerces sont installés dans le centre, au détriment de certains quartiers où l’on se sent de plus en plus éloigné du reste”, déplore le candidat. Mais c’est aussi dans la gestion des affaires municipales et la prise de décision que le candidat voit la nécessité d’un nouvel équilibre : “Unis, notre rôle sera de trouver le juste milieu entre ce que veulent les habitants et ce qu’il est possible de réaliser.”

Proximité, concertation et anticipation

Pour cela, trois facteurs sont “indispensables”,selon Julien Ranc : proximité, concertation et anticipation. “La majorité actuelle a été mauvaise sur ce dernier point, estime-t-il. On se retrouve aujourd’hui avec une multitude de petits problèmes sur la commune : classes surchargées, difficultés de stationnement...” Il est convaincu qu’un peu de “logique et de simples études” auraient par exemple permis à Tassin de mieux se préparer face à l’évolution démographique de ces dernière années (+18,7 % sur la période 1999 à 2009).

École et scolarité : un sujet préoccupant à Tassin

Un exemple flagrant, selon le socialiste, se retrouve dans les difficultés liées à l’enfance et à la scolarité. Avec une augmentation du nombre d'écoliers de 2,5 % par rapport à 2012 et le chantier de l’école d’Alaï, la rentrée 2013 a été difficile. Des classes entière sont déplacées et certains enfants ont cours dans des préfabriqués. “Le sujet préoccupe les Tassilunois, s’inquiète Julien Ranc. C’est pourquoi nous y avons dédié notre premier atelier citoyen.”

Le programme est en cours d’élaboration.

-----

Pour contacter la rédaction : municipales@lyoncapitale.fr

1 commentaire
  1. yann - lun 13 Jan 14 à 9 h 51

    Desseigne ou Charmot, pour moi c'est chapi chapo... Le maire et son ancien adjoint aux finances sont coresponsables de la situation actuelle... Avec Ranc la politique municipale changerait vraiment !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut