Enfin une liste de gauche !

Un créneau largement laissé en déshérence par la stratégie de Gérard Collomb, qui a absorbé sur ses listes communistes et écologistes tout en mordant clairement sur le centre-droit. Il a même failli réussir une OPA sur le Modem... qui après de rocambolesques tergiversations constitue finalement une liste autonome. Mais cela n'empêche pas certains militants du Modem de rejoindre... Collomb, tout aussi bien que Perben. D'ailleurs, chez Perben, on trouve quelques personnalités plutôt à gauche, comme Philippe Genin, et chez Collomb, des gens clairement sarkozystes, comme Richard Brumm. Tout cela donne l'impression d'une certaine confusion, les deux principaux candidats opérant des “rassemblements" qui vont des communistes à des sarkozystes chez Collomb et d'anciens socialistes aux millonnistes et villeriéristes chez Perben, avec un tropisme général “à droite toute".
“Pour nous, il y a quatre candidats de droite à Lyon : le Modem, le FN, Perben et Collomb, qui se place depuis toujours au centre-droit" affirme Sophie Divry, tête de liste Audaces à Lyon 1er. Or, il existe un électorat de gauche dans cette ville, et peut-être même des électeurs de gauche déçus par la stratégie ou le mandat du maire socialiste sortant. Même si plus de 80 % des Lyonnais lui accordent dans les sondages un “bon bilan"... “Le projet de Collomb est contre-révolutionnaire", “son discours est celui de la compétitivité internationale, aux antipodes des préoccupations des Lyonnais" lance Sophie Divry. Le discours d'Audaces n'est pas un pamphlet idéologique. La principale critique que cette liste porte à Collomb (privilégier l'économie à l'humain) est d'ailleurs la même que celle formulée par Perben. Loin d'une contestation théorique, les propositions d'Audaces sont assez pragmatiques et concrètes et touchent à des questions de proximité aussi triviales que les crottes de chien... Mais son irruption dans la campagne ne peut que susciter critiques et débats salutaires. Et à terme, si Audaces réussit son objectif “d'amener quelques vrais élus de gauche au conseil municipal", cela pourrait constituer une force politique très utile, et singulièrement un aiguillon, une vigie, sur toutes les questions d'écologie, de solidarité et de libertés publiques.

En photo : Sophie Divry

Lire aussi l'entretien avec Sophie Divry : Collomb menacé sur sa gauche ?

à lire également
David Kimelfeld en meeting à Lyon © Antoine Merlet
Ce mercredi soir, David Kimelfeld tenait son premier meeting officiel en tant que candidat à la présidence de la métropole. Trois jours après le choix de La République en Marche d'investir Gérard Collomb, l'actuel président de la métropole a apporté la preuve que sa dynamique n'était en rien émoussée. Il a réuni autour de lui près de 1 000 personnes.

Les commentaires sont fermés

Enfin une liste de gauche !

Un créneau largement laissé en déshérence par la stratégie de Gérard Collomb, qui a absorbé sur ses listes communistes et écologistes tout en mordant clairement sur le centre-droit. Il a même failli réussir une OPA sur le Modem... qui après de rocambolesques tergiversations constitue finalement une liste autonome. Mais cela n'empêche pas certains militants du Modem de rejoindre... Collomb, tout aussi bien que Perben. D'ailleurs, chez Perben, on trouve quelques personnalités plutôt à gauche, comme Philippe Genin, et chez Collomb, des gens clairement sarkozystes, comme Richard Brumm. Tout cela donne l'impression d'une certaine confusion, les deux principaux candidats opérant des "rassemblements" qui vont des communistes à des sarkozystes chez Collomb et d'anciens socialistes aux millonnistes et villeriéristes chez Perben, avec un tropisme général "à droite toute".

"Pour nous, il y a quatre candidats de droite à Lyon : le Modem, le FN, Perben et Collomb, qui se place depuis toujours au centre-droit" affirme Sophie Divry, tête de liste Audaces à Lyon 1er. Or, il existe un électorat de gauche dans cette ville, et peut-être même des électeurs de gauche déçus par la stratégie ou le mandat du maire socialiste sortant. Même si plus de 80 % des Lyonnais lui accordent dans les sondages un "bon bilan"... "Le projet de Collomb est contre-révolutionnaire", "son discours est celui de la compétitivité internationale, aux antipodes des préoccupations des Lyonnais" lance Sophie Divry. Le discours d'Audaces n'est pas un pamphlet idéologique. La principale critique que cette liste porte à Collomb (privilégier l'économie à l'humain) est d'ailleurs la même que celle formulée par Perben. Loin d'une contestation théorique, les propositions d'Audaces sont assez pragmatiques et concrètes et touchent à des questions de proximité aussi triviales que les crottes de chien... Mais son irruption dans la campagne ne peut que susciter critiques et débats salutaires. Et à terme, si Audaces réussit son objectif "d'amener quelques vrais élus de gauche au conseil municipal", cela pourrait constituer une force politique très utile, et singulièrement un aiguillon, une vigie, sur toutes les questions d'écologie, de solidarité et de libertés publiques.

à lire également
David Kimelfeld en meeting à Lyon © Antoine Merlet
Ce mercredi soir, David Kimelfeld tenait son premier meeting officiel en tant que candidat à la présidence de la métropole. Trois jours après le choix de La République en Marche d'investir Gérard Collomb, l'actuel président de la métropole a apporté la preuve que sa dynamique n'était en rien émoussée. Il a réuni autour de lui près de 1 000 personnes.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut