Benedetti
Yvan Benedetti

Dissolution de l’Œuvre française : Benedetti va contester

Après que le Gouvernement a annoncé la dissolution de l’Œuvre française, son leader Yvan Benedetti prévient qu’il va contester cette décision devant le Conseil d’Etat. Alexandre Gabriac fera de même pour les Jeunesses nationalistes.

Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac ne comptent pas se laisser faire. Alors que le Gouvernement a annoncé la dissolution par décret de leurs deux organisations, les leaders respectifs de l'Œuvre française et des Jeunesses nationalistes entendent bien utiliser tous les recours.

Mais pas de précipitation. Contacté par Lyon Capitale, Yvan Benedetti affirme qu'il attendra la notification officielle de la dissolution de l'association avant d'engager toute procédure.

Il contestera ensuite la décision devant le Conseil d'Etat sous la forme d'un référé suspensif. Une procédure qui, si elle est acceptée, pourrait lui permettre de jouer la montre. "Il faudra plusieurs années pour juger l'affaire sur le fond", estime-t-il.

L'homme qui se trouve à la tête de la plus ancienne organisation d'extrême droite encore active en France (elle a été créée en 1968) affirme s'être rendu à deux reprises au ministère de l'Intérieur pour apporter des précisions aux services de la place Beauvau.

Quant aux arguments avancés lors du conseil des ministres pour justifier la dissolution, Yvan Benedetti les juge "loufoques". Selon lui, le ministère de Manuel Valls a procédé "par amalgame", sur la foi de rapports des Renseignements généraux "approximatifs". Il y voit une décision politique, destinée à "éliminer des opposants". Il compare même cette décision à "une répression collective" qui fait suite à une "répression individuelle" (informations judiciaires, placements en garde à vue, etc.).

Alexandre Gabriac procédera exactement de la même manière qu'Yvan Benedetti, pour les Jeunesses nationalistes.

Lire aussi : Les Jeunesses nationalistes et l’Œuvre française dissoutes

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut