HCL

Coup d'envoi de la rénovation de l’hôpital Edouard-Herriot

Capture d’écran 2011-12-16 à 14.19.44 ()

Mercredi 14 décembre, le Conseil de Surveillance des Hospices Civils de Lyon a adopté le projet de rénovation de l’hôpital Edouard-Herriot. Un Chantier découpé en deux tranches dont la première est estimée à 120 millions d’euros.

L’hôpital Edouard-Herriot (HEH) nouvelle version, c’est parti. Mercredi 14 décembre, le Conseil de Surveillance des Hospices Civils de Lyon a adopté le projet de modernisation de l’hôpital de Grange Blanche. Un projet de rénovation devenu plus que nécessaire pour cet établissement vieux de 80 ans. Engorgé, peu fonctionnel, vétuste, l’organisation pasteurienne éclatée en pavillons ne répond plus à l’organisation des soins actuelle.

Le projet de rénovation de Edouard Herriot est un véritable serpent de mer. Il avait déjà été inscrit dans le plan d’établissement 2005-2010, donnant même lieu à un concours d’architectes. Mais la lourde opération retenue à l’époque et qui était estimée à 530 millions d’euros n’avait pas fait l’objet d’un plan de financement et avait été peu à peu oubliée dans les cartons. "A l’époque, tout a été fait à l’envers. Lancer un concours d’architecte sans même connaître les besoins à venir du lieu et avoir de plan de financement clair, c’était mettre la charrue avant les bœufs", nous confiait un membre du conseil d’administration des Hospices, alors que nous enquêtions en janvier dernier sur la gestion du patrimoine immobilier de l’institution. Aujourd’hui, les HCL estiment présenter un projet qui valide un "important travail de la communauté médicale et de la direction générale des HCL", estimant que HEH a désormais un "avenir tangible".

Une activité recentrée

Dans le projet retenu, le vaisseau amiral des HCL, qui compte 1153 lits voit son organisation recentrée autour de six pôles, dont un pôle d’urgences médico-chirurgicales lourdes. Il s’agit ici de créer un grand traumacenter qui accueillera l’intégralité des urgences, qu’elles soient chirurgicales, traumatologiques ou encore médicales. Actuellement, deux pavillons assurent l’accueil des urgences (N et A). Ils devraient se regrouper au sein du pavillon N.

Autre nouveauté, un pôle multidisciplinaire de médecine et de chirurgie. Autrefois clairement séparées, chirurgie et médecine sont désormais de plus en plus souvent rapprochées pour partager les plateaux techniques. Dans le cas de HEH, l’accent est mis sur une pratique de la chirurgie ambulatoire (le patient est admis le matin et ressort le soir même). Une pratique particulièrement rentable pour les hôpitaux et qui leur permet d’optimiser leurs performances économiques. Dès son arrivée, il y a bientôt un an, le directeur général Daniel Moinard, avait souhaité intensifier cette pratique pour participer au redressement des finances de l’institution.

Viennent s’ajouter une filière digestive et hépatique, un pôle regroupant les transplantations hépatiques et rénales, un pôle d’excellence en gériatrie et un pôle d’activités de santé publique.

HCL ()

Un projet en deux phases

Mais ce projet tant attendu à un coût. Et pour limiter limiter l’endettement et que les HCL se retrouvent être de nouveau le CHU de France le plus endetté, comme ce fut le cas en 2008, la rénovation de HEH se décompose en deux tranches. La première, engagée dès 2012, devrait voir sa livraison entre 2014 et 2019. Elle se concentrera sur le plateau technique, avec notamment la construction d’un grand bâtiment regroupant les activités opératoires, de soins critiques, la chirurgie ambulatoire et l’imagerie d’urgence. Dans un même temps, les activités d’urgence seront regroupées et plusieurs unités d’hospitalisation seront rénovées. La deuxième tranche qui prévoit la création d’un bâtiment neuf de 500 lits est prévue à l’horizon 2019-2025 et sera conditionnée par la situation financière de établissement en 2019.

Un financement pas tout à fait bouclé

Sur la première tranche des travaux, estimée à 120 millions d’euros, les HCL financeront à hauteur de 60 millions, dont la moitié correspondra à un emprunt. Dix millions correspondront à de l’auto-fiancement et vingt millions découleront d’un renforcement des ventes de leur patrimoine immobilier privé. Pour la moitié restante, les HCL ont sollicité l’Etat et les collectivités territoriales sous forme de demandes de subvention à l’investissement. Mais le président du Conseil de surveillance, et maire de Lyon avait déjà annoncé que la ville participerait au financement du projet à hauteur de 40 millions.

Reste donc encore 20 millions à trouver. Mais avant que la première pierre ne soit posée, le projet tel qu’il a été adopté par le conseil de surveillance devra d’abord être validé par l’Agence Régionale de Santé ainsi qu’au Ministère. La rénovation de l’hôpital Edouard-Herriot est annoncée comme le dernier grand investissement des HCL avant longtemps. En effet, l’institution prévoit toujours un retour à l’équilibre de ses comptes à l’horizon 2013.

à lire également
Ce matin, une soixantaine de psychologues du centre hospitalier Saint Jean de Dieu (Lyon 8) se sont déclarés grévistes. Ils dénoncent leurs conditions de travail et la dégradation de la prise en charge des patients.
1 commentaire
  1. couramiau42 - 17 décembre 2011

    Conclusion : plus de sous (£) pour F M E .....

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut