Emmanuel Imberton
© Tim Douet

A45, musée des Tissus : les vœux très politiques de la CCI

Ce mardi soir à la chambre de commerce de Lyon, Emmanuel Imberton a fait le vœu de “combattre” en 2018 pour trouver un nouvel avenir au musée des Tissus et pour que la nouvelle autoroute entre Lyon et Saint-Étienne soit réalisée dans l’année.

Dans une salle de la Corbeille à moitié vide, Emmanuel Imberton a prononcé des vœux très politiques pour 2018 ce mardi soir au palais de la Bourse. Devant un parterre d’élus, dont Georges Képénékian (maire de Lyon), David Kimelfeld (président de la métropole), Christophe Guilloteau (président du conseil départemental) et Annabelle André-Laurent (vice-présidente régionale chargée de l’économie), de chefs d’entreprise et de représentants de l’État, le président de la CCI Lyon Métropole Saint-Étienne Roanne est très rapidement entré dans les sujets qui fâchent. “Notre projet 2018 sera axé autour de trois mots : combat, conviction et conquête”, a-t-il débuté.

Musée des Tissus : “La meilleure solution a été trouvée”

Le premier combat d’Emmanuel Imberton : “trouver un nouvel avenir au musée des Tissus”. Le musée de la rue de la Charité est au milieu d’une bataille rangée entre Laurent Wauquiez et Gérard Collomb depuis deux ans. Un conflit de projet et de financement entre deux collectivités locales finalement gagné par le président du conseil régional, qui a acquis l’institution culturelle pour l’euro symbolique moyennant un investissement de 10 millions d’euros. “La meilleure solution a été trouvée grâce à l’engagement de Laurent Wauquiez et de la filière textile”, s’est réjoui le président de la CCI, qui s’est alors adressé au maire de Lyon : “Le temps est au rassemblement. Lyon est la capitale mondiale de la soie, monsieur le maire de Lyon. Nous avions la lourde responsabilité de la sauvegarde de ce patrimoine sans céder à la facilité et au renoncement.” “Aujourd’hui, il faut un large consensus sur ce projet pour que chaque collectivité puisse y prendre sa place. Les portes et les fenêtres sont grandes ouvertes”, a-t-il ajouté. Questionné à la fin de la cérémonie sur ces “portes et fenêtres” laissées ouvertes par Emmanuel Imberton, Georges Képénékian n’a pas souhaité faire de commentaire. “J’ai entendu que la meilleure solution a été trouvée, donc c’est parfait”, a-t-il seulement ironisé.

A45 : “la seule solution”

Autre sujet polémique, l’A45. Le projet d’autoroute entre Lyon et Saint-Étienne traîne depuis de nombreuses années sans qu’une solution définitive ait été entérinée. “L’A45 est l’emblème de ce qu’il ne faut pas faire dans notre pays, s’est désespéré Emmanuel Imberton ce mardi soir. Le dossier est bouclé depuis longtemps. Les recours sont épurés depuis la nuit des temps. Le concessionnaire a trouvé les financements publics et privés. Et le dossier n’attend que la signature du ministre.” Selon lui, l’autoroute, très contestée par ses opposants pour son manque d’utilité et son coût écologique est pourtant “la seule solution”. Devant le maire de Lyon, le président de la métropole et le président du conseil départemental, tous trois opposés au projet, Emmanuel Imberton a là aussi appelé au rassemblement : “Il faut que toutes les planètes soient alignées pour réussir.” Avant de menacer : “Ceux qui s’opposent à ce dossier prendront une lourde responsabilité pour l’avenir.”

Après avoir évoqué la baisse des dotations de l’état, le président de la CCI a déclaré que son institution “n’échappera pas à un nouveau plan social de 30 à 40 personnes”. “Cela se traduira par la fermeture d’un certain nombre d’agences et par un nouveau mode d’organisation plus rationnel. C’est la seule façon de s’adapter à la raréfaction de l’argent public”, a-t-il ajouté avant de conclure son discours en lançant la chanson "Allumer le feu" de Johnny Hallyday sur la sono et l’écran géant du Palais de la bourse.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut