Najat2

4e circonscription : Najat Vallaud-Belkacem face à l'exploit impossible ?

C'est le bastion de la droite à Lyon. Les pires bouleversements électoraux peuvent survenir, celle-là ne bougera pas, figée à jamais à l'UMP. C'est du moins ce que les analystes croyaient jusqu'à ces dernières années. Raymond Barre s'y faisait reconduire, au premier tour. En 2002, Christian Philip (UMP, 64,5 %) avait encore terrassé Pierre Hémon (Les Verts, 35,5 %). Mais en 2007, Dominique Perben l'avait emporté plus difficilement, par 56,6 % contre 43,4 % pour Najat Vallaud-Belkacem (PS).

"La circonscription évolue, elle est assez mixte. De Mermoz au boulevard des Belges, elle est assez représentative de la société", explique cette dernière. Auréolée de sa notoriété grandissante - que conforterait un maroquin ministériel en cas d'alternance -, forte de sa victoire au canton de Montchat, la porte-parole de François Hollande peut faire mieux cette année. Mais peut-elle gagner ? La candidate socialiste compte sur les divisions intestines de la droite : investiture douloureuse de Dominique Nachury par l'UMP, la possible dissidence de Nora Berra, la présence d'une candidate de droite tendance Boutin et celle, probable, d'un candidat divers droite - les Millonistes tiennent la mairie du 6e arrondissement.

Les résultats de dimanche dernier nuancent toutefois son espoir : certes, François Hollande gagne près de quatre points par rapport à Ségolène Royal en 2007 (27,5 % contre 23,6 %) et Nicolas Sarkozy fléchit (36,8 % contre 40,1 % en 2007) ; mais l'arithmétique reste nettement favorable à la droite. "J'ai entendu dire que les socialistes pensent faire le grand chelem à Lyon ; j'ai quelques doutes", sourit Dominique Nachury.

à lire également
Michel Havard, Georges Fenech, Najat Vallaud-Belkacem et Philippe Meunier © Tim Douet (montage LC)
L’année 2017 a laissé sur le carreau de nombreux élus et ministres. Les obligeant parfois à reprendre le cours d’une carrière professionnelle laissée en jachère, voire jamais construite. Si le matelas du cumul des mandats a amorti des chutes, certains heurtent le mur du réel. Tour d’horizon des battus et des recasés.
3 commentaires
  1. lyonnais - 2 mai 2012

    Madame Nadjet Vallaud-Belkacem de la Saône et loire: Je dis non à votre idylle Hollande parce qu'il n'est pas seul et que sa 7eme compagnie est pire que lui et surtout dangereuse!.

  2. Gérard Eloi - 2 mai 2012

    Monsieur le lyonnais, votre veto importe très peu : malgré le nombre de vos posts, vous ne valez qu'une seule voix (qui est souvent de fausset...).

  3. romain blachier - 3 mai 2012

    de la Saone et Loire? Lyonnais confond sans doute avec le député UMP sortant, ancien bourgmestre de Chalon sur Saone.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut