assemblée

12 % des familles verront leurs allocations baisser

Les députés ont adopté vendredi soir la modulation des allocations familiales en fonction des revenus. 12 % des ménages devraient être touchés. La réforme doit générer 800 millions d’euros d’économie par an.

En juillet prochain, la modulation des allocations familiales en fonction des revenus entrera en vigueur. L'Assemblée nationale a voté, vendredi soir, cette réforme.

À partir de 6 000 euros de revenus mensuels, les prestations seront divisées par deux pour un ménage avec deux enfants. Pour un couple gagnant plus de 8 000 euros, les allocations seront quatre fois inférieures.

Cette réforme doit rapporter 400 millions dès l'année prochaine. Le Gouvernement table sur des économies deux fois plus importantes les années suivantes.

L'opposition UMP a voté contre cette réforme, dénonçant la "remise en cause de l’universalité des allocations familiales et la casse de la politique familiale". La gronde s'est une nouvelle fois propagée jusque dans les rangs de la majorité. Jean-Louis Roumégas, député Europe Écologie, a ainsi regretté que l'application du Pacte de responsabilité, qui prévoit l'exonération de charges sociales pour les entreprises, se traduise dans les faits par "un coup de rabot sur les allocations familiales". Les frondeurs se sont abstenus.

Le texte initial prévoyait une réforme plus importante des prestations familiales : baisse de la prime de naissance, modulation des aides à la garde d'enfants.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut