police_image-carre130-0

Une élue de Saint-Priest mise en examen pour meurtre

Une conseillère municipale de Saint-Priest, élue en mars dernier sur la liste du nouveau maire UMP de la ville, a été mise en examen pour homicide volontaire. L’élue de 56 ans, qui nie les faits, est soupçonnée d’avoir tué sa tante.

Elue conseillère municipale en mars sur la liste de Gilles Gascon, le nouveau maire UMP de Saint-Priest, Josée Aibar a été mise en examen pour le meurtre de sa tante le 16 octobre puis écrouée. Depuis, elle a été libérée sous contrôle judiciaire.

Cette élue est soupçonnée d'avoir tué sa tante de 85 ans, Joséfa Aibar, retrouvée morte le 12 avril dernier dans son appartement du 8 boulevard Edouard-Herriot à Saint-Priest. Le médecin du Samu avait alors constaté des plaies à la tête.

L'enquête confiée à la Sûreté n'avait permis d'établir aucune trace d'effraction dans l'appartement, ni de vol de papiers ou d'argent. C'est l'autopsie qui révéla aux enquêteurs l'origine criminelle de la mort de la vieille dame. L'importance des blessures au niveau de la tête s'avéra incompatible avec une chute accidentelle et nécessitait l'intervention d'une tierce personne.

Au fil des mois, les enquêteurs ont concentré leurs investigations sur l'entourage de la victime, jusqu'au placement en garde à vue de sa nièce mi-octobre.

Le maire de Saint-Priest a déclaré penser à la famille et à la victime et rappelle que Josée Aibar est présumée innocente.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut