Sécurité militaires (sans visages) Tim
© Tim Douet

“Sécurité ou liberté : faut-il choisir ?”

C’est la question posée ce jeudi par le barreau de Lyon, avec une conférence-débat publique organisée à l’université Lyon 2.

“La question au centre du débat est : faut-il choisir entre sécurité et liberté ? On nous fait croire que si l’on choisit la sécurité on est d’accord pour abandonner nos libertés et les laisser choir. Cela me semble caricatural”, confiait Laurence Junod-Fanget, la nouvelle bâtonnière de Lyon, dans le grand entretien qu’elle a accordé à Lyon Capitale fin janvier (à lire dans notre mensuel de février).

Au lendemain du vote de l’Assemblée nationale sur l’inscription de l’état d’urgence dans la Constitution, le sujet sera débattu ce jeudi après-midi à l’université Lyon 2.

“Sécurité ou liberté : faut-il choisir ?”
Ce jeudi 11 février à 17h30, au grand amphithéâtre de l’université Lyon 2, entrée par le 18 quai Claude-Bernard, Lyon 7e. (Attention, changement d’horaire et d’amphi par rapport à ce que nous indiquions dans le mensuel de février.)
Entrée libre sur inscription.
à lire également
Serge Deygas, bâtonnier du barreau de Lyon © Antoine Merlet
Entré en fonctions le 1er janvier avec sa vice-bâtonnière, Joëlle Forest-Chalvin, le successeur de Farid Hamel débute son mandat par un important mouvement social. Comme dans le reste du pays, les avocats du barreau de Lyon sont mobilisés depuis le début de l’année dans une retentissante grève contre la réforme de leur caisse de retraite. Ils ont perturbé la rentrée solennelle de la cour d’appel, boudée par Serge Deygas, et retardé la tenue du procès Preynat, pour signifier leur opposition à une refonte qui les verrait perdre leur indépendance, cotiser plus pour toucher moins à la retraite.
Faire défiler vers le haut