Affiche du film “Grâce à Dieu” de François Ozon

Pédophilie à Lyon : le film "Grâce à Dieu" pourra être diffusé en VOD

La cour d'appel de Paris a débouté les demandes du prêtre Bernard Preynat qui voulait la suspension de la parution du film Grâce à Dieu de François Ozon.

Ce mercredi, la cour d’appel de Paris a rejeté le recours du prêtre Bernard Preynat qui demandait la suspension de la parution du film Grâce à Dieu de François Ozon en VOD et DVD. Le prêtre pédophile reprochait au long-métrage de bafouer sa présomption d’innocence alors que son procès n'a pas encore eu lieu.

Ce mercredi 26 juin, la cour d'appel de Paris a estimé qu'une éventuelle suspension de parution serait “disproportionnée, car elle reviendrait à reporter la diffusion d’une œuvre à échéance inconnue”, assure l'AFP. La cour d’appel a toutefois demandé l’insertion d’un encart à la fin du film en compensation. “La loi ne dit pas que les tiers doivent prendre des mesures proportionnées à l’atteinte qu’ils causent à la présomption d’innocence, mais tout simplement qu’ils ne doivent pas y porter atteinte”, a réagi l’avocat du prêtre, M. Emmanuel Mercinier-Pantalacci, rapporte l'agence de presse. Un pourvoit en cassation sera à l'étude.

Le film de François Ozon a échappé une première fois à l'interdiction de diffusion en février dernier.

Pédophilie à Lyon  : réponse fin juin sur l'interdiction de "Grâce à Dieu"

à lire également
Serge Deygas, bâtonnier du barreau de Lyon © Antoine Merlet
Entré en fonctions le 1er janvier avec sa vice-bâtonnière, Joëlle Forest-Chalvin, le successeur de Farid Hamel débute son mandat par un important mouvement social. Comme dans le reste du pays, les avocats du barreau de Lyon sont mobilisés depuis le début de l’année dans une retentissante grève contre la réforme de leur caisse de retraite. Ils ont perturbé la rentrée solennelle de la cour d’appel, boudée par Serge Deygas, et retardé la tenue du procès Preynat, pour signifier leur opposition à une refonte qui les verrait perdre leur indépendance, cotiser plus pour toucher moins à la retraite.
Faire défiler vers le haut