faits divers
© Tim Douet

Meurtre de Lyon Croix-Rousse : les trois suspects arrêtés en Espagne

Les trois mineurs recherchés dans le meurtre de la Croix-Rousse filmé sur Facebook ont été arrêtés jeudi dernier en Espagne, écrit la presse espagnole ce mardi. Ils ont été interpellés dans le métro qu'ils essayaient de prendre sans ticket.

mise à jour : le parquet de Lyon confirme quatre arrestations, dont un mineur en France (lire ici)

Selon la presse espagnole, trois mineurs à l'origine du meurtre filmé sur Facebook dans les pentes de la Croix-Rousse ont été arrêtés à Valence jeudi dernier. Une information confirmée au journal La Vanguardia par les autorités espagnoles. Selon le quotidien ibérique, les trois suspects sont d'origine algérienne et ont été arrêtés alors qu'ils prenaient le métro Valencia sans payer. Selon le gouvernement de la communauté de Valence, la police française est en train de demander l'extradition des trois suspects.

Ces derniers sont poursuivis pour meurtre en bande organisée avec actes de barbarie dans l'affaire de la Croix-Rousse qui a eu lieu mardi dernier en fin d'après-midi. Un homme de 28 ans avait été retrouvé ligoté, torturé et présentant “une soixantaine de plaies par arme blanche”, selon le parquet. C'est un proche de cette victime qui avait prévenu la police en voyant la vidéo de son ami torturé sur Facebook. Une deuxième victime était visible sur les images. Il était parvenu à quitter l'appartement où l'autre homme a été poignardé à mort et s'est rendu dans un hôpital avant d'être entendu par la brigade criminelle. Lui et la victime sont deux hommes d'origine algérienne de 28 ans. L'homme retrouvé mort était défavorablement connu des services de police, condamné à plusieurs reprises pour vols aggravés et violences.

Meurtre de Lyon Croix-Rousse  : les éléments déjà connus

à lire également
Ralentie en début d’année par le mouvement des avocats contre la réforme des retraites, l’institution judiciaire a été paralysée près de deux mois par les mesures de confinement. Malgré une reprise progressive de l'activité au tribunal depuis le 11 mai, un important retard dans les dossiers s’est accumulé. Au pénal, pendant cette période, seules les urgences sont traitées, en comparutions immédiates. Urgences vitales pour les femmes battues, alors que les affaires de violences conjugales se succèdent tous les après-midi.
1 commentaire
  1. JANUS - 12 mars 2019

    Mort comme il a vécu.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut