“Justice morte” à Lyon

Lyon  : le tribunal au ralenti ce jeudi contre la réforme de la justice

Avocat et magistrats lyonnais participent ce jeudi au mouvement “Justice morte” pour dénoncer la réforme de la justice actuellement étudiée à l’Assemblée nationale.

Depuis un an, les professionnels du droit manifestent à Lyon contre la réforme de la justice portée par Nicole Belloubet. Comme plus de 100 barreaux en France, celui de Lyon s'est mis en grève ce jeudi pour dénoncer la suppression annoncée de tribunaux d'instance. Ce matin, lors du conseil de juridiction le bâtonnier de Lyon a demandé à ses confrères de faire grève comme l'a décidé  l’assemblée générale du barreau. Un mouvement suivi à Lyon par les magistrats qui soutient le mot d'ordre des avocats. “On milite avec eux depuis un an et les annonces de Nicole Belloubet. Aujourd'hui, on va accepter tous les renvois qui seront demandés, c'est le mot d'ordre du syndicat de la magistrature et de l'union syndicale des magistrats”, confie Véronique Drahi, déléguée régionale du syndicat de la magistrature.

À Lyon, seul ce jeudi sera consacré par la grève. À l'inverse dans les villes où se situent des tribunaux menacés de disparition, des appels à la grève illimités ont été lancés. “C'est le cas à Roanne et Villefranche”, explique la magistrate. Le texte de la réforme est débattu à l'Assemblée nationale depuis le début de semaine. Il prévoit de fusionner les tribunaux de grande instance et les tribunaux d'instance, une dématérialisation et une simplification des procédures. Les avocats dénoncent, en plus du manque de moyens, la volonté du gouvernement de donner plus de pouvoir au parquet et donc de réduire les droits de la défense. Ils critiquent notamment la possible suppression de l'enregistrement vidéo des gardes à vue.

Carte judiciaire  : les cours d'appel de Riom et Chambéry supprimées  ?

à lire également
Ralentie en début d’année par le mouvement des avocats contre la réforme des retraites, l’institution judiciaire a été paralysée près de deux mois par les mesures de confinement. Malgré une reprise progressive de l'activité au tribunal depuis le 11 mai, un important retard dans les dossiers s’est accumulé. Au pénal, pendant cette période, seules les urgences sont traitées, en comparutions immédiates. Urgences vitales pour les femmes battues, alors que les affaires de violences conjugales se succèdent tous les après-midi.
Faire défiler vers le haut